Lors de l'événement, Marine Le Pen a été réélue présidente du parti, alors que la place de premier vice-président a échappé au maire de Perpignan Louis Aliot.


Voilà une manifestation qui a fait beaucoup parler ce week-end à Perpignan : le 17ème Congrès du Rassemblement National. Marine Le Pen et de nombreux élus du parti ont investi la première ville de plus de 100 000 habitants qui a vu l'élection d'un maire du RN. Un événement s'articulant entre tables rondes, diners de gala, et discours, et qui a permis à Marine Le Pen de réaffirmer sa candidature aux élection présidentielles de 2022.

"Nous ne reviendrons pas en arrière. Avec tout le respect que nous avons pour notre propre histoire, nous ne reviendrons pas au Front national", a déclaré la présidente du Rassemblement national, réélue également à l'occasion de ce meeting pour un quatrième mandat à la tête du parti, autrefois présidé par son père Jean-Marie Le Pen. 

La présidence par intérim qui échappe à Louis Aliot

Mais qui dirigera le parti pendant la campagne de Marine Le Pen ? C'est une question qui a justement trouvé réponse lors de ce congrès. C'est Jordan Bardella, 25 ans, qui a finalement été désigné ce dimanche comme "premier vice-président" du Rassemblement national. Un poste que l'on pourra bientôt qualifié de "président par intérim", également covoité par le maire de Perpignan Louis Aliot, nommé lui vice-président. 

Le discours de Marine Le Pen convainc ses militants

Après deux jours de rassemblement, le 17ème Congrès du RN s'est conclu ce dimanche par le discours de Marine Le Pen. Sans évoquer l'échec de son parti aux récentes élections régionales, la dirigeante d'extrême droite a dit vouloir "mettre en oeuvre un gouvernement d'union nationale autour d'un projet de paix civile" et être la candidate "des solutions concrètes". Un discours qui a plu évidemment à ces dizaines de militants venus de toute la France pour l'occasion.

"Super discours comme d'habitude", résume simplement Jean-Michel, alors que Gérard lui se satisfait de ce moment d'union au sein de son parti. "Ravi de voir l'enthousiasme qui existe toujours. On sent qu'il y a encore un coeur français, qui se faisait rare", nous dit-il. Pour ce qui est de Marine Le Pen, candidate déclarée pour les présidentielles de 2022, les militants sont tout aussi convaincus. "Je l'ai trouvée plutôt lucide, espérons que cela éclaire un peu les gens pour les inciter à aller voter""ce n'est pas la même que son père, elle est capable d'être présidente comme tout le monde", nous répondent plusieurs d'entre eux, qui soulignent également le contenu.  "Elle a exposé le programme que tout le monde lui réclame depuis quelques temps", "et on retrouverait notre France ! Moi qui ait 71 ans, je peux vous dire que maintenant, ce n'est plus la France", conclut Marie-Claire. 
 

Des militants du RN après le discours de Marine Le Pen
Extrait du discours de Marine Le Pen


L'action perpignanaise de Louis Aliot saluée par Jordan Bardella

De nombreux élus ont pu prendre la parole au cours des deux journées du congrès de ce week-end. Parmi eux, Jordan Bardella, qui n'a pas manqué de revenir sur la victoire de Louis Aliot aux élections municipales de 2020. L'un des thèmes le plus souvent évoqué par les figures du Rassemblement National n'est autre que la sécurité, et c'est justement sur cet aspect que Jordan Bardella a salué son compère perpignanais.

"Après avoir il y a un an jour pour jour brisé ce mur qu'on disait infranchissable, Louis Aliot s'est mis à en construire. Vous avez tous vu ces vidéos des services municipaux de Perpignan ériger un mur pour mettre un coup d'arrêt au trafic de drogues qui gangrénait des quartiers de la ville, et que la classe politique locale a toléré des années durant", félicite Jordan Bardella qui fait référence ici à l'opération anti-drogues menée la semaine dernière à la résidence El Vivès. "Nos maires ne cèdent rien... Lorsque les maires RN agissent, leurs concitoyens applaudissent", scandent le nouveau "premier vice-président" du RN. 
 

Jordan Bardella


A noter que s'est également tenu un "contre-congrès" ce samedi à Perpignan. Il était organisé par des asssociatios, des syndicats et des partis politiques de gauches.  Ils étaient entre 650 (selon la préfecture) et 3000 (selon les organisateurs) à avoir battu le pavé dans la cité catalane "contre les idées d'extrême droite", et pour dénoncer "le danger de la dédiabolisation du RN". Ex-candidat du NPA aux élections présidentielles, Philippe Poutou était présent. 

 

 

 

C. Photo : Twitter RN

 

J.B. avec AFP


Voir aussi

Pyrénées-Orientales

17/10/2021 11:05

3 victimes au total dont 1 décès.

...

Pyrénées-Orientales

15/10/2021 10:58

Elle est en cours depuis tôt ce vendredi matin dans le secteur des allée de Bacchus,...

Pyrénées-Orientales

14/10/2021 15:27

Ils vont traverser les cols mythiques d’Occitanie pour sensibiliser et récolter des...