François Rivière s’est exprimé à notre micro quelques jours après le sacre des Catalans en finale de Pro D2.


À deux jours du titre de champion de France de Pro D2 et d’une très belle saison avant la montée en Top 14, comment se sent-on ?

François Rivière : On se sent bien, satisfait, et rassuré surtout. Parce qu‘on a toujours une inquiétude avant une finale. Même si cette finale était logique pour l’USAP, et que le résultat était logique et attendu. C’est justement quand il est logique et attendu qu’il faut parfois se méfier, parce que la vie peut réserver des coups du sort. C’est ce qui rend le sport beau d’ailleurs. Mais donc l’état d’esprit est maintenant d’être rassuré, d’être très satisfait sur le parcours qui a été fait depuis 2 ans par ces joueurs, et puis de se préparer maintenant très sérieusement à la suite des événements.
 

​François Rivière, président de l'USAP


La suite c’est cette montée, on critique souvent l’USAP de faire le "yo-yo" entre le Top 14 et la Pro D2, cela va-t-il changer cette année ?

L’USAP n’est pas le seul à avoir fait le yo-yo. Vous avez la même chose avec Lyon, avec la Rochelle. C’est toujours un peu compliqué d’arriver à se maintenir quand on est sur des clubs de budgets plus modestes. Mais je crois qu’effectivement il y a cette année un état d’esprit une ambiance tout à fait différente. Et que surtout ces deux ans nous ont permis de bien travailler les conditions du retour, et puis de travailler le sujet économique. Parce que, pas de bras pas de chocolat ! Donc il faut absolument qu’on ait un budget qui nous rapproche le plus possible des 20 millions cette année. Et ça, il faut aller les chercher. Cela ne va pas arriver tout seul. C’est d’ailleurs l’objectif à titre personnel que je me donne pour le club.
 

​François Rivière


Est-ce faisable, notamment dans une période de crise sanitaire où les clubs de rugby vont moins bien ?

Je ne me pose pas la question de savoir si c’est faisable ou pas, parce que ça doit être faisable. Si on ne le fait pas, on ne s’en sortira pas. En Top 14 il n’y a pas de plan B. Il faut qu’on ait un budget qui nous permette d’avoir un recrutement et des performances de haut niveau, sinon on ne tiendra pas. Alors on peut le faire sur deux ans. On ne va pas viser l’élite du top 14 la prochaine saison. Pour le moment, il faut qu’on se maintienne et ensuite gravir petit à petit les échelons. Mais il faut quand même très vite aligner les planètes pour l’USAP, et moi j’y crois. Depuis quelques mois, je dis « on s’y colle, on y travaille », et je crois qu’avec un sportif qui est très cohérent et très solidaire cette année, ça ne peut que fonctionner.

Il va falloir aussi garder certains joueurs pour performer., on pense à la pépite Melvyn Jaminet … ?

Je pense que c’est le problème de tous les grands centres de formation comme Perpignan. Par définition, on forme de très bons joueurs et donc on peut se les faire piquer, c’est la vie, il faut l’accepter. Pour ce qui concerne le maintien et le recrutement, c’est un sujet que j’ai totalement délégué à Christian Llanta et je ne m’en mêle pas. Il sait ce qu’il faut faire ou ne pas faire. C’est un enjeu important. Il y a un très grand nombre de joueurs qui sont en renouvellement. Mais moi, je m’occupe du commercial, chacun chez soi, et les ballons de rugby seront bien gardés, je vous l’assure.

On va retrouver des jolies derby occitans pour l’USAP en Top 14, avec Montpellier, Toulouse, Castres… est-ce que ce sont des rencontres que vous attendez tout particulièrement ?  

C’est un petit peu aussi lié à mon accident et ma deuxième vie. Je prends toutes les rencontres comme du bonheur, donc il n’y a pas de rencontre que j’attends particulièrement. Ce qui est vrai, c’est que le Top 14 est un peu plus simple sur la répartition géographique, avec beaucoup de clubs proches d’Aimé Giral.  Donc tout ça, ça va nous permettre de faire une belle fête.  Mais moi ce que j’attends de pied ferme, c’est le retour de 14 000 spectateurs à Aimé Giral. Parce que je suis sûr que le public, qui est sevré de match depuis un an et demi, va répondre présent. Après, c’est sûr qu’il y a des derbys, mais je pense que chaque match va être une belle fête. Il le faut parce que la fête fait partie de l’ADN du rugby catalan.

En parlant de ce public, certains supporters abonnés de l’USAP aimeraient avoir un geste du club, alors qu’ils ont conservé leurs abonnements pendant une période sans spectateur dans les stades. Qu’avez-vous à leur répondre aujourd’hui ?

Le sujet est délicat et j’en suis conscient, parce que je suis partagé entre la reconnaissance qu’on doit aux supporters, et le fait de devoir monter un budget qui soit le plus performant possible pour l’USAP. Je serai fort étonné qu’on ne soit pas insensible à l’appel des supporters. L’important c’est qu’il faut qu’on continue cette communauté USAP. Donc on va regarder dans les prochains jours ce qui nous est possible de faire, et comment on va le faire. Je crois logique de récompenser une forme de fidélité pour les abonnés qui sont là depuis quelques années. Donc on va essayer très vite cette semaine de faire de belles annonces là-dessus pour les rassurer.
 

​François Rivière


Pour ce qui est de la célébration du titre à Perpignan, le club est en attente de décision de la préfecture pour savoir si le rassemblement annulé au pied du Castillet est bel et bien prévu dans l'enseinte d'AImé Giral.