Il était accusé d'avoir pris part à l'interpellation musclée de samedi soir quartier Lameilhé.

À l'arrivée des policiers, samedi soir, suite à un attroupement, plusieurs individus avaient pris la fuite, dont le prévenu. Et alors que les policiers dénoncent une interpellation violente, le jeune homme n'a pas cessé de clamer son innocence durant l’audience. Dans son box, il le répète : il se trouvait ce soir-là au mauvais endroit, au mauvais moment et n’a donc rien à voir avec les violences urbaines sévissant ces dernières semaines dans certains quartiers de la ville. « Des feux de poubelles, de véhicules, précise le vice-procureur Freddy Marta. Dernièrement, ce sont les fonctionnaires de police qui sont pris pour cible, victimes de jets de projectiles, de guet-apens. »

Samedi 1er mai, alors que quatre policiers intervenaient quartier Lameilhé pour mettre fin à un attroupement d’habitants durant la période de couvre-feu, ils ont été pris à parti et encerclés. L’homme dans le box des accusés, qui nie tout implication, se serait montré insultant et violent, il aurait donné un coup d’épaule à l’agent procédant à son interpellation.

 

Attroupement d’une quarantaine de personnes

Une chose est sûre, l’altercation a été bruyante. Rapidement, une quarantaine d’habitants du quartier ont encerclé les forces de l’ordre, qui ont dû faire usage de leur chien pour dissiper la foule.

L’homme de 20 ans a été condamné à trois mois d’emprisonnement avec sursis, il devra également effectuer un stage de citoyenneté.

 

TN.