Les trombes d'eau tombées sur Cagnac-les-Mines n'ont pas découragé les proches de Delphine Jubillar. Ils étaient une quarantaine de personnes à se réunir ce mardi soir, à partir de 20h30, pour se souvenir de l'infirmière disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 dans la modeste demeure de la rue Yves-Montand. Delphine Jubillar était née un 15 novembre, famille et amis ont tenu à lui rendre hommage. 

L'enquête arrive bientôt à son terme et le corps de la mère de famille de 33 ans, dont le mari est mis en examen et incarcéré depuis le 18 juin 2021 pour meurtre par conjoint, n'a toujours pas été retrouvé. Mardi soir des airs de musique étaient diffusés, des distributions d'affiches et de bougies étaient effectuées par les amies, membres de la famille et habitants du village ; "c'est des enfants qui sont brisés, Delphine était amour, on n'avait pas le droit de la faire disparaître et la personne qui a fait ça devrait le dire et se libérer" déclarait Sylvie la tante de Delphine ; "je suis papa et j'ai été touché par cette affaire" expliquait Jérôme le père de famille qui plaidait "il faut que ces féminicides cessent" ; "l'enquête n'est pas terminée il faut continuer à faire parler de Delph' si quelqu'un a vu quelque chose il faut parler, c'est important pour ses enfants de savoir où est leur maman" soutenait Hélène une ami de la victime. Le rétroprojecteur déroulait des scène de vie où apparaissaient Delphine ou relatant les différentes battues organisées depuis 2020. La cérémonie se terminait dans la plus grande dignité peu après 22 heures. 

Une des dernières étapes de l'instruction aura encore pour théâtre Cagnac le 13 novembre prochain, la reconstitution de la nuit du drame y sera organisée. 

 

Marion Chouly.  


Voir aussi

Tarn

30/11/2022 11:00

La première ministre, Élisabeth Borne, se déplace ce jeudi 1er...

Tarn

24/11/2022 18:44

La direction de Pierre Fabre et les syndicats ont conclu un accord dans le cadre des...