Jeudi 24 septembre, les autorités ont vidé l'immeuble

 

Les services de l'Etat ont conduit ce jeudi les occupants en situation irrégulière vers un gymnase pour ceux qui le souhaitaient.

Un test PCR leur a également été proposé par l'ARS Occitanie, ainsi que des boissons chaudes et repas amenés par la Croix Rouge. Les différents organismes ont coordonné une solution d'hébergement pour chacun en fonction de leur situation de santé  et leurs circonstances administratives.

Cette opération résulte d'une décision judiciaire du 26 juin, à la demande du propriétaire du bâtiment. La préfecture de Haute-garonne avait donné son feu vert en juillet dernier. Cette intervention aura mobilisé la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS), la Direction ​des migrations et de l'intégration​ (DMI), l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII), les services de l'Etat, de la police et de la Mairie. 

"C'est un soulagement de voir la police qui intervient. C'était un lieu très très dangereux avec beaucoup de drogues et des sans-papiers qui se battaient" nous explique une habitante du quartier qui a préféré garder l'anonymat ; "c'était risqué pour nos enfants."

 

Eva Sannino