Le troisième président de la Ve République Valéry Giscard d'Estaing (1974-1981), qui modernisa dans les années 70 la vie politique, est mort mercredi soir. Il avait été élu à l'Elysée en mai 1974 à l'âge de 48 ans, avant d'être battu par François Mitterrand en 1981.

Un Toulousain, ancien professeur à Sciences Po Toulouse a travaillé avec Giscard. Le politologue Stéphane Beaumont, aujourd'hui âgé de 71 ans, a été chargé de mission au service de presse de VGE à l'Elysée de 1975 à 1978, puis de 1980 à 1981 au moment de sa défaite. Il nous a fait part de "son immense tristesse" après la disparition de cet "homme politique de très haut calibre" à qui l'on a "pas assez rendu hommage" en raison "de ses soucis de communication".

Il a participé à la mise en scène du fameux "au revoir" en 1981

Stéphane Beaumont a été à l'origine d'une image enseignée dans toutes les écoles de communication. Il se souvient avec émotion de cette fameuse scène du "au revoir", devenue mythique.

A l'annonce de sa défaite au second tour de la Présidentielle en 1981 face à François Mitterrand, VGE quitte son bureau en donnant l'impression de laisser le siège du pouvoir vacant : "il avait été décidé avec l'équipe qu'il tenterait une sortie originale", d'autant plus originale que l'entourage de VGE savait que "François Mitterrand était atteint d'un cancer de la prostate", il le trainera pendant deux septennats. "Nous étions à la recherche d'un événement médiatique qui suscite la stupeur et marque les mémoires". Il a été proposé de "laisser un blanc à l'antenne, comme pour mieux faire comprendre aux Français qu'ils avaient fait le mauvais choix."

Emmanuel Macron : héritier de Giscard d'Estaing

Pour Stéphane Beaumont, Giscard est le Président ayant réussi à implanter "la République du centre" et c'est "l'irruption de la modernité en politique". Pour le politologue toulousain "dans la formation, les études conduites, l'approche politique, la facilité intellectuelle" Emmanuel Macron peut par ailleurs être considéré comme "l'un des successeurs de Giscard", "beaucoup plus que Chirac ou a fortiori Mitterrand". Il y a "ce don d'orateur, les grandes écoles et la méritocratie républicaine" c'est "un peu Macron aussi" souligne son ancien collaborateur. Travailler avec VGE c'était "d'une grande exigence intellectuelle dans l'approche des problématiques nationales ou internationales. C'était tout à la fois le registre littéraire et technique." L'art de faire...