L'horreur cette semaine dans une commune des Pyrénées-Atlantiques. Un enfant d'un an est décédé ce mercredi 20 juillet dans l'après-midi, après avoir passé quelques temps dans une voiture sur le parking de Bordes, près de Pau. Une information révélée par RTL et confirmée par le procureur de Pau ce jeudi 21 juillet. 

Une enquête pour homicide involontaire ouverte
 

Le parquet palois atteste aujourd'hui que "les services de groupement de gendarmerie de Pau étaient avisés ce mercredi à 17 h de la mort d’un enfant de 14 mois, après que ce dernier a été laissé seul dans le véhicule d’un employé sur le parking de l’usine Safran à Bordes". Une enquête pour homicide volontaire a été ouverte et confiée à la brigade de recherches de Pau-Lescar.

"Les premiers éléments recueillis auprès de la famille permettent de supposer que le père de l’enfant, d’une quarantaine d’année, aurait oublié de déposer son fils à la crèche en se rendant à son travail situé à proximité, et que c’est l’absence de ce dernier à la crèche le soir, lorsque la mère venait le chercher, qui aurait permis de diligenter les recherches", lit-on sur le communiqué du procureur ce jeudi.

Le père du petit, âgé d'une quarantaine d'années, travaillent à l'entreprise Safran. S'il a oublié de déposer son enfant à la crèche d'Assat, qui l'accueillait régulièrement, il se serait rendu compte très vite de cet oubli. "Le matin même" selon le procureur, qui précise que l'enfant était déjà décédé lorsque le père s'est rendu à sa voiture. 

Le nourrisson mort étouffé et déshydraté

Alertés, les secours ont été dépêchés sur les lieux ce mercredi, et ont tenté de réanimer l'enfant, mais en vain. "Les premières investigations laissent penser que le jeune enfant est décédé d’étouffement et de déshydratation", ajoute le procureur. Une autopsie du corps est programmée ce vendredi 22 juillet et permettra d’affiner l’origine du décès.

Pour l'heure, les parents du jeune enfant sont sous le choc et ont dû être transporté à l'hôpital de Pau le jour des faits. Leur audition n'aurait même pas pu démarrer en raison de leur état. Ils n'ont tous deux aucun antécédent judiciaire. "La suite des investigations aura pour objet de confirmer les circonstances de l’oubli et les causes du décès", conclut le parquet palois. Deux cellules psychologiques ont de leurs côtés été ouvertes, au sein de l'entreprise Safran, et dans la crèche d'Assat. 
 

 


Voir aussi

Pyrénées-Atlantiques

22/08/2022 11:04

La secousse s'est produite dans le Béarn.

...

Pyrénées-Atlantiques

14/08/2022 09:38

Avez-vous vu Bernard Chevodonnat ?

...

Pyrénées-Atlantiques

26/05/2022 13:36

Il est suspecté d'avoir incendié un immeuble de 16 appartements la nuit de 3 au...