Bruno Le Maire, le ministre de l’économie, en visite à Toulouse.

 

« Je veux passer un seul message à l’Occitanie : nous soutenons totalement l’industrie aéronautique » Ce sont les mots de Bruno Le Maire ce vendredi, le ministre de l’économie en visite à Toulouse et en premier lieu le matin au sein de l’entreprise Liebherr  d'Aucamville.

Lors d'une table ronde avec les acteurs de la filière aéronautique autour du thème de la relance, le patron de Bercy a écouté, répondu, en revenant sur les aides d’urgence en faveur du secteur fortement impacté par la baisse du trafic aérien.

La discussion fut technique et le ministre, accompagné entre autres personnalités de la Présidente de Région Carole Delga, s'est vu reproché le manque de visibilité sur les aides Corac. La question du remboursement du PGE sur 4 ans était aussi au menu des débats : les lignes pourraient bouger avec des dérogations permettant d'allonger la durée de remboursement.

L'industrie aéronautique qui représente 300 000 emplois directs en France "fait partie de la culture française", ses technologies "sont parmi les meilleures au monde" et "nous ferons tout pour la sauver" a martelé le ministre de l'économie, rappelant "les prêts garantis par l'Etat, le chômage partiel" mais aussi "les soutiens financiers de l'Etat" pour rapatrier les technologies sur le sol français. "Je veux dire à tous les industriels, PME, TPE, si vous avez des projets : nous apporterons des financements complémentaires". Idem pour se diversifier.

 

 

Le ministre a souligné dans sa déclaration à la presse l'investissement de l'Etat pour produire l'avion décarboné "c'est à portée de main". Enfin, à l’heure où plusieurs PSE (comme Akka à Blagnac) sont annoncés dans ce secteur, Bruno Le Maire a promis d’être attentif pour éviter les abus : "quand nous mettons autant d'argent sur l'activité partielle, c'est pour sauver les emplois, mais nous seront vigilant à ce que j'appelle les plans sociaux d'opportunité."

 

 

 

Dans un second temps et après avoir déjeuner avec Guillaume Faury, le boss d'Airbus, Bruno le Maire a tenté de rassurer les professionnels du tertiaire fragilisés par la crise sanitaire : restaurateurs, secteurs du tourisme ou événementiel. Les mêmes qui étaient très en colère des fermetures pour raisons sanitaires. Pourtant le ton a finalement été très policé dans les salons de la préfecture. Le patron de Bercy s’en félicitait à notre micro "on n'est pas là pour faire une réunion où chacun s'invective, ça ne sert à rien. On regarde ce qui marche et on le garde. On regarde ce qui ne marche pas et on l'améliore."

Fin du SAV du plan de relance en Occitanie vers 17 heures pour Bruno Le Maire.