Alfred Nakache « panthéonisé » aux Etats Unis. Le nageur toulousain qui a donné son nom à la piscine de l’île du Ramier entre, ce vendredi, au Hall of Fame de la natation. Il devient le 9e Français à rentrer dans le Saint des saints des nageurs.

Nakache, le sportif qui a conquis de multiples records, est aussi cet athlète juif qui a participé aux JO de Berlin en 1936. Allant même jusqu'à humilier les nazis en terminant le relais nage libre devant l'Allemagne.

Yvette Benayoun-Nakache, nièce du plus célèbre nageur toulousain  (photo : Brice Vidal)

Yvette Benayoun-Nakache, nièce du plus célèbre nageur toulousain (photo : Brice Vidal)

Enfant, Alfred Nakache avait peur de l'eau

Mais qui était Alfred Nakache ? Un homme "puissant, bon et bienveillant" affirme Yvette Benayoun-Nakache sa nièce "il a eu un destin exceptionnel parce que déporté".

Le futur dauphin du Toec a appris à nager à 10 ans, à la piscine de Constantine, en Algérie. "Il avait très peur de l'eau" raconte sa nièce. "Et un jour son père, David, l'a poussé dans l'eau et mon oncle a tout de suite reproduit les mouvement des nageurs." Alfred Nakache mourra dans son élément, l'eau, d'une crise cardiaque le 4 août 1983 à Cerbère, dans les Pyrénées-Orientales. 

 

De retour de déportation, il attendra à Matabiau le retour de Paule et Annie en vain

Un homme bon aussi car Alfred Nakache essaiera toujours d'aider ses compagnons d'infortune pendant son séjour dans les camps nazis.

"Paule sa femme (30 ans) et sa fille Annie (2 ans) ont été gazées dès qu'elles sont arrivées au camp." De retour des camps de la mort, pesant une quarantaine de kilos, il fit le pied de grue à Matabiau, espérant voir revenir sa femme et son enfant… en vain. 

Ce drame Alfred Nakache n'en parlait pas même s' "il avait des moments de nostalgie" révèle Yvette Benayoun-Nakache.

 

Ses records

Alfred Nakache collectionnera les médailles : 15 titres de champion de France, 9 records de France, 3 records d'Europe et un record du monde en nage libre et brasse papillon. "Il se battait pour la France, un pays qu'il chérissait" insiste sa nièce. 

Ci-dessous l'interview en intégralité d'Yvette Benayoun-Nakache.