Le maire LR de Tarbes, Gérard Trémège, candidat à sa propre réélection, a été jugé mardi 9 juin devant le tribunal correctionnel de Tarbes pour "exécution d'un travail dissimulé", la justice lui reprochant le non-paiement de cotisations sociales liées à son activité de commissaire aux comptes.


  Favori pour le 2ème tour des municipales, l'élu, qui n'était pas présent à l'audience, est soupçonné de ne pas s'être acquitté de ses cotisations à l'URSAAF pendant près de deux ans entre 2010 et 2012, ainsi que de  plusieurs irrégularités : utilisation d'un numéro de SIREN lié à son ancienne fonction de président de la chambre de commerce et d'industrie des Hautes-Pyrénées , factures non numérotées, mauvaise adresse de facturation...

C'est un signalement d'un fonctionnaire de l'URSAAF, fin 2013, qui avait déclenché le lancement d'une enquête préliminaire. Le préjudice a été estimé à 81 000 euros par les enquêteurs de la section de recherche de Toulouse.
  Relevant que "le prévenu avait toujours reconnu les faits", le ministère public a demandé 45 000 euros d'amende. L'avocat de la défense a plaidé la relaxe.


  Le jugement a été mis en délibéré au 4 août, après donc, le deuxième tour des élections municipales.

Gérard Trémège, maire de Tarbes depuis 2001, est également mis en examen pour "prise illégale d'intérêt", "trafic d'influence passif" et "favoritisme".

 

AFP


 

 


Voir aussi

Hautes-Pyrénées

25/07/2020 07:42

...

Hautes-Pyrénées

24/07/2020 13:58

...

Hautes-Pyrénées

22/07/2020 14:44

...