« il est vraisemblable » que Delphine soit morte et que son mari « ait pu participer » au crime.

 

Cédric Jubillar a été maintenu en détention provisoire, le peintre-plaquiste est mis en examen pour homicide sur conjoint depuis le 18 juin. Sa femme, Delphine Jubillar, a disparu depuis la mi-décembre à Cagnac-les-Mines dans le Tarn. 

La Chambre de l’instruction (Chins) de la Cour d’appel de Toulouse a rejeté ce jeudi 8 juillet 2021 la demande de remise en liberté formulée par les trois avocats de Cédric Jubillar Me Emmanuelle Franck, Me Jean-Baptiste Alary, Me Alexandre Martin. 

 

Décès de Delphine et participation du mari "vraisemblables"

La Chambre reconnait dans son délibéré l'existence "d'indices graves et concordants" laissant penser que "Delphine Jubillar est bien décédée". La juridiction a par ailleurs indiqué qu'il était "vraisemblable" que Cédric Jubillar "ait pu participer au crime". Elle exclue par ailleurs la thèse de " la mauvaise rencontre " pour privilégier celle d'un féminicide commis par le mari. 

La demande de libération est donc rejetée pour "empêcher toute pression sur les témoins" et pour "faire cesser le trouble à l'ordre public manifeste" dans cette affair, a précisé la Chins qui confirme le maintien du mis en examen en détention provisoire. 

 

"Surprenant" que la Cour exclue "la mauvaise rencontre" expliquent les avocats de Cédric Jubillar 

Me Alexandre Martin il est "surprenant" que la Cour "énonce comme une vérité" la thèse "selon laquelle il est impossible que Delphine Jubillar a disparu suite à une mauvaise rencontre". Les trois avocats affirment que "des pistes n'ont pas été fouillées" et "nous allons demandé aux magistrats instructeurs de les chercher". "Nous allons sollicité des actes d'investigations - permettant de chercher ailleurs - si le magistrat instructeur entend y faire droit" soulignait Me Emmanuelle Franck. Il est "surprenant" aussi que l'analyse de la Cour ne fasse pas de place à "quelque chose d'autres" alors que les éléments de l'accusation sont "extrêmement faibles".  "Nous allons rentrer dans une phase de défense active" pour "enfin faire avancer l'enquête" a expliqué Me Jean-Baptiste Alary.

 

La famille de Delphine espère désormais "retrouver le corps"

Maître Nakache-Haarfi, avocat de la famille de Delphine expliquait au sortir de la salle d'audience,  "en l'état du dossier" ; "on peut comprendre la décision de la justice" de maintenir le suspect en détention explique l'avocat qui souligne avoir toujours "pris des distances avec le comportement de Cédric [...] pour protéger les enfants" ; "nous sommes à plus de 6 mois, il est certain que malheureusement, Delphine est décédée".  Cette instruction "ne fait que démarrer" ; "on espère retrouver le corps de Delphine".

 

 


Voir aussi