L’ourson de 5 mois a été retrouvé hier dans la nuit, à moins de 2 km de l’enclos d'où il s’était évadé dans la nuit de dimanche à lundi.

 

"Douillous", capturé dans les Pyrénées, avait été pris en charge par un capacitaires spécialiste de la faune sauvage, installé sur la commune de Saint-Pierre de Trivisy.

 

Mardi soir, un peu avant 22 heures, c’est une femme qui promenait son chien qui a aperçu l’ourson.

 

Elle a tout de suite alerté son mari agriculteur, qui a alerté le maire de la commune de Saint-Pierre de Trivisy qui a lui-même prévenu l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. Les agents de l’ONCF, qui dormaient sur la commune depuis le début des recherches, sont intervenus rapidement. L’animal a été attrapé après une petite course-poursuite.

Le maire de Saint Pierre, Pascal Cavaillès, raconte le déroulement de la capture

C'est Christine Julien qui a aperçu le petit ourson en promenant son chien. Elle raconte sa rencontre avec le plantigrade au micro de Laurent Batigne :



Au départ, un ourson en difficulté en Ariège


Le 10 juin dernier, les services de l'ONCFS ont secouru un ourson en difficulté sur la commune de Couflens (Ariège). L'examen clinique de l'ourson, prénommé Douillous en raison du lieu-dit de son sauvetage, a montré qu'il s'agissait d'un mâle de 8,25kg, né au cours de l'hiver et âgé de 5 mois environ. Anémié et dénutri, mais sans aucune blessure ni symptômes cliniques négatifs (fièvre, essoufflement, prostration), son état de faiblesse ne lui permettait plus de se déplacer correctement.

 


Des soins prodigués pour préserver son caractère sauvage

 

Ses chances de survie, étant jugées faibles, l'ourson a été capturé, par les agents de l'ONCFS et placé, le 11 juin 2019, chez un capacitaire de Saint-Pierre-de-Trivisy, identifié par les services de la DREAL Occitanie, pour assurer la remise en condition de l’animal. L'objectif de retour à la nature exige en effet que l'ourson ne se familiarise pas à la présence humaine durant sa convalescence et qu’il conserve bien sa crainte instinctive de l'Homme. Cette absence d'imprégnation est une condition indispensable à un éventuel relâcher dans les Pyrénées.


L'ourson, très affaibli, a été confiné pendant 48h pour qu'il se nourrisse et reprenne des forces. Les jours suivants, sa santé s’améliorant, l’ourson a été lâché dans un petit enclos extérieur, sous l’oeil d’une caméra de surveillance. Mais au matin du 17 juin 2019, le capacitaire a constaté que l’ourson n’était plus dans son enclos.

 

CM avec Laurent Batigne.

C'est ici que Christine et sa fille Coralie ont vu l'ourson.             Photo LB

C'est ici que Christine et sa fille Coralie ont vu l'ourson. Photo LB


Voir aussi