Des actes qui datent d'octobre dernier. Mais le voleur n'en était pas à son coup d'essai, la police décompte aujourd'hui 135 victimes de ses méfaits.

​​

Dans la nuit du 11 au 12 octobre 2020, une série de dix neuf vols dits "à la roulotte" ont été constatés dans le parking souterrain d’une résidence perpignanaise.  Pour pouvoir récupérer son butin, le braqueur brisait la vitre conducteur de chaque véhicule. Le Groupe des atteintes aux biens du commissariat de police de Perpignan ont alors ouvert une enquête. Les premières investigations leur ont permis de rapprocher des faits similaires commis le 1er février 2019, durant lesquels le même individu avait dérobé le bip d’accès d'un parking souterrain, lui permettant de revenir plus tard à plusieurs reprises en juillet, août et octobre 2020. 

Déjà incarcéré pour ces faits


En parallèle, le même mode opératoire a été constaté pour des faits encore une fois similaires, toujours à l'intérieur de parkings souterrains, et toujours à Perpignan, de juillet à octobre 2020. C'est la vidéosurveillance des parkings qui a ensuite amené à l’identification de l’auteur, toujours porteur d’un sac à dos "Basic Fit". Il y transportait les objets volés, avant de ressortir discrètement sur la voie publique. L'individu, déjà connu pour le même type de méfaits en 2015, avait été incarcéré d’octobre 2019 à avril 2020. 


135 victimes

En septembre dernier, le malfaiteur avait cette fois dérobé une carte bancaire qu’il utilisait pour réactiver un abonnement téléphonique au nom de sa compagne. À partir de là, les différentes pistes des enquêteurs se confirment. Le voleur est alors interpellé le 18 novembre dernier, avant que son implication ne soit confirmée par une perquisition à son domicile.  Placé en garde à vue et entendu, l'individu a reconnu l’ensemble des faits qui lui étaient reprochés. L'homme revendait l'intégralité des objets qu'il dérobé pour pouvoir rembourser ses dettes. Présenté devant un juge, il a été condamné à quatre ans de prison ferme avec placement en détention immédiate.