Le parquet de Pau confirme pour partie les informations qui ont fuité dans la presse, mais met en garde sur "la fragilité du dossier, attestée par le défaut de mesures coercitives" qui "impose de rappeler que la mise en examen bénéficie de la présomption d’innocence". Une institutrice d’école maternelle de Jurançon a bien été mise en examen "suite à des plaintes pour viols et agressions sexuelles sur des enfants scolarisés au sein de l’établissement".

 

"D'importantes incohérences"

Une information judiciaire a été ouverte le 22 avril 2021 des chefs de "viols et agressions sexuelles sur mineurs de quinze ans". L’objectif, rappelle le parquet, est de faire la lumière sur "les dénonciations faites par de très jeunes enfants", tandis que "d’importantes incohérences subsistent".

Le premier juge d'instruction a placé la professeure des écoles "sous le statut de témoin assisté", lui permettant l’accès au dossier sans restriction de liberté. Mais l'affaire a pris un nouveau tournant avec la nomination d'un nouveau magistrat instructeur qui a réentendu les parties et a décidé "du changement de statut de la mise en cause qui était alors mise en examen."

L'institutrice n'a pas été placée en détention, elle n'a pas non plus interdiction d’exercer sa profession. A ce jour, "les investigations se poursuivent sur commission rogatoire" conclut le parquet de Pau. La professeure des écoles est en arrêt maladie depuis avril dernier.


Voir aussi

Pyrénées-Atlantiques

14/08/2022 09:38

Avez-vous vu Bernard Chevodonnat ?

...

Pyrénées-Atlantiques

21/07/2022 14:54

Le petit garçon d'un an aurait été oublié par son père en...

Pyrénées-Atlantiques

26/05/2022 13:36

Il est suspecté d'avoir incendié un immeuble de 16 appartements la nuit de 3 au...