200 pompiers ont été mobilisés au plus fort de la journée. Ils demandent d'éviter le secteur.


Les incendies s'enchaînent dans les Pyrénées-Orientales. Un nouveau gros feu de végétation s'est déclaré aux alentours de 10 heures au Cap Béar, sur la commune de Port-Vendres. Les sapeurs-pompiers du SDIS 66 indiquent depuis ce matin d'éviter le secteur (proche du sentier du littoral). En tout, 200 soldats du feu sont encore mobilisés à 15h15 ce mercredi. Les flammes ont également nécessité l'intervention de quatre canadairs, cinq groupes d'intervention feux de forêts, deux groupes alimentation, deux groupes incendies, et l'hélicoptère Dragons 66. Un centre de commandemant a également été installé au port de Port-Vendres. 
 

Centre de commandement du SDIS 66 à Port-Vendres

Centre de commandement du SDIS 66 à Port-Vendres


Des habitations sauvées, mais 50 hectares partis en fumée

L'incendie était toujours en cours à 16h30, avec à ce moment-là 50 hectares de végétation déjà partis en fumée. La propagation des flammes a été accentuée par le vent et ses rafales soufflant à plus de 40 km/h, sur un relief qui a lui rendu l'intervention difficile pour les pompiers. Une quinzaine d'habitations ont dû elles être évacuées, soit 25 personnes prises en charge cet après-midi par la mairie, qui a activé son plan de sauvegarde communal. Heureusement, seules des broussailles ont été impactées, aucun blessé n'est à déplorer. Les habitants évacués doivent regagner leur domicile dans la soirée de ce mercredi. Les dégâts de structures ont pu être évités. 

Selon nos informations, l'origine de l'incendie serait accidentelle, comme la majeure partie des départs de feu de ces derniers jours dans le département. Ce mercredi à Port-Vendres, tout serait parti d'une machine agricole, et plus précisément de l'action d'une débrouissailleuse. Les pompiers ne cessent aujourd'hui les appels à la prudence, pour que les habitants évitent "tous les travaux en milieu rural" qui peuvent causer le départ d'un incendie. "95% des feux sont d'origine humaine, deux tiers d'entre-eux sont d'origine accidentelle", précise le contrôleur général du SDIS 66 Jean-Pierre Salles-Mazou. À noter évidemment que les épisodes de fortes chaleurs, la sécheresse, et le vent, représentent aussi des causes importantes de cette recrudescence d'incendies depuis le début du mois de juin dans les Pyrénées-Orientales. 

Aujorud'hui 
 

Jean-Pierre Salles-Mazou, contrôleur général du SDIS 66, fait le point sur l'incendie en fin de journée
Jean-Pierre Salles-Mazou appelle à la prudence

Quelques images prises par le SDIS 66.