Une première en France : la région Occitanie fait du train à 1 euro, « une politique définitive » a annoncé Carole Delga. « Tous les premiers week-ends du mois à compter du 4 décembre », « il y aura des trains à 1 euro » dans la région Occitanie a indiqué la présidente de la collectivité ce mardi. Cette mesure avait été mise en place en Occitanie durant deux week-ends consécutifs au plus fort de la pénurie des carburants cet automne suscitant un engouement sans précédent, « nous avons eu cinq fois plus de voyageurs sur ces deux week-ends » soit « 250 000 personnes » et « cela a évité le rejet d’ 1,5 millions de tonnes de CO2 » rappelait Carole Delga.

Ce sont uniquement les TER, de compétence régionale, qui sont concernés. « Il y a le besoin d’une tarification attractive » soulignait le socialiste. Par ailleurs, les TER seront aussi à 1 euro « lors des épisodes de pollution en agglomération » car « c’est 26 fois moins de CO2 que lorsqu’on emprunte une voiture thermique ».

 

Tous les TER à petit prix mais il faudra réserver

« Toutes les places de tous les trains TER seront à 1 euro mais ils ne sont pas extensibles » alors « chacun devra anticiper » et réserver expliquait Jean-Luc Gibelin vice-Président aux Transports dans la Région Occitanie. Toutefois 20% des billets à 1 euro seront vendus « uniquement aux guichets » car « tout le monde n’est pas connecté » rappelait Carole Delga. Objectif : 100 000 voyageurs / jour sur les week-ends « happy hour ».

L’Occitanie devient ainsi « la région où le train est le moins cher » rappelait le directeur régional SNCF Voyageurs Philippe Bru, « les chiffres de fréquentation sont affolants nous sommes à + 27% par rapport à l’avant Covid, record de France où la moyenne est entre 2 et 3 % », et c’est vertueux au plan financier estime-t-il car « nous sommes aussi systématiquement sur le podium en terme de recettes (+10% le double de la moyenne nationale) ». La SNCF concède « quelques surchauffes parfois » mais rappelle aussi que « l’Occitanie a le parc le plus moderne de France, les dessertes ont été revues », ce qui donne « 93 % de clients satisfaits. » Outre le coup de pouce au pouvoir d’achat des ménages, la fréquentation touristique sera boostée prédit la région « et on fera un bilan avec les professionnels du tourisme » pour « évaluer l’impact de ces week-ends à 1 euro ».

 

Qui va payer ?

Mais qui paie la facture de ces TER low cost ? « Il y a une perte sur ces week-ends là (NDLR : 200 000 euros par week-end à 1 euro) mais ça developpe l’habitude du train, il y a par la suite beaucoup plus d’abonnées et de clients » expliquait Carole Delga qui ensuite « fait les comptes à la fin de l’année et on négocie âprement avec la SNCF pour partager l’effort ». « Il ne faut pas isoler sur un week-end donné, aujourd’hui sur les jeunes on a 80% de recettes en plus, il faut vivre ça comme un investissement qui donne le goût du train, c’est gagnant-gagnant » renchérissait Philippe Bru. « Auparavant nos trains n’étaient pas pleins, c’est un euphémisme, et la dépense nous l’avions déjà » soulignait la présidente de région. Le choc de l'offre attractive provoque donc de la demande.

 

© Boutonnet Laurent – Région Occitanie

© Boutonnet Laurent – Région Occitanie


Voir aussi

Occitanie

01/12/2022 20:15

Les vols d'outillage haut de gamme avaient eu lieu notamment dans le Tarn, la Haute-Garonne...

Occitanie

25/11/2022 15:01

Ils seront plusieurs centaines à défiler dans la région, notamment à...

Occitanie

24/11/2022 14:30

Les gendarmes ont interpellé plusieurs individus - une majorité de femmes - proches...