95% des agents de collecte étaient mobilisés, ils demandaient de meilleures conditions de travail.

Le conflit aura duré près de trois semaines. Depuis le 19 avril dernier, les agents de collecte de l’agglomération Castres-Mazamet étaient mobilisés pour dénoncer leurs conditions de travail.

Ce vendredi, un protocole d’accord est en cours de signature. Les agents en colère estiment avoir suffisamment d’avancées sur leurs revendications : le « ola » sur les contrats précaires, de vraies évolutions de carrières, une réorganisation du travail mieux pensée et un meilleur régime indemnitaire. Serge Sobreira, délégué Force Ouvrière, reste prudent, car si l’accord n’est pas loin, rien n'est pas encore signé. "Il se peut que pour un éventuel blocage venant de l'administration, le feu soit rouge, et la grève continue, ce n'est pas exclu, même si on était d'accord hier à l'oral, les paroles s'oublient, les écrits restent", ajoute-t-il.

 

"Ils ne vont pas absorber 1500 tonnes de déchets au pied levé"

Si le travail venait à reprendre lundi, les agents auraient des montagnes de poubelles à débarrasser dans les différentes communes de la communauté d'agglomération. "Ils feront comme ils peuvent, poursuit Serge Sobreira. Ils ne vont pas absorber 1500 tonnes de déchets au pied levé. Ils auront un boulot colossal, on verra les moyens dédiés qui seront mis à disposition des agents, il y aura peut-être de l'aide de la part de l'administration."