Les incivilités se multiplient dans ce secteur de Blagnac et mardi un cap a été franchi.

 

Des restauratrices victimes de violences homophobes près de Toulouse.

Eva et Billy tiennent « Origin’elles », restaurant et épicerie fine ouvert depuis 5 ans à Blagnac au plan du Port. Sauf que depuis deux ans, l’ambiance est de plus en plus délétère dans le secteur. Les incivilités et les violences se multiplient, si bien que les commerçants du rond-point ont mis en place un système pour se prévenir mutuellement face à des violences qui interviennent désormais "quasiment au quotidien".

 

"On a eu peur qu'il passe des mots aux actes"

Un nouveau cap a été franchi mardi dernier au matin. Les deux femmes sont empêchées de se garer par une camionnette. Eva demande à l'indélicat de laisser passer son véhicule et les choses dégénèrent, le quadragénaire s'emporte « Je t’...  avec ta tête de butch [« butcher » - boucher en anglais] tu mérites que je t’...  ; ça se voit que tu es un garçon manqué, les lesbiennes comme toi on leur met ... ». La victime en ressort extrêmement choquée "il fonce avec son camion pour nous provoquer, nous dit des horreurs, incite à un viol" ; elle se désole "on a eu peur qu'il passe des mots aux actes". Elle a déposé plainte pour insultes à caractère homophobe et incitation au viol. Pas question de laisser passer cet épisode, car ce n’est pas une première et "cet homme aurait pu, en ayant affaire à quelqu'un de moins dissuasif que moi, faire du mal à un enfant, une adolescente ou un jeune homme..."

 

Un rocher dans une vitre l'an dernier

L'an dernier déjà, un individu a jeté un rocher sur une vitre du magasin d'Eva et Billy "Billy était juste derrière et aurait pu être défigurée" ; les choses vont de mal en pis au plan du Port et la clientèle du PMU situé en face du commerce des deux jeunes femmes n'y est apparemment pas pour rien : "certains sont prêts à rouler sur notre terrasse avec leur véhicule" explique Eva qui voit se multiplier les agressions homophobes depuis plusieurs mois "homophobie, grossophobie, les gens insultent la femme, l'orientation sexuelle. Pourtant personne n'a à savoir, ni à juger quelqu'un sur sa religion, son orientation sexuelle ou son look". Les commerçants du secteur se soutiennent face à des violences qui se multiplient "nous ne sommes pas les seules victimes, ici on a mis en place un système d'alarme SOS" ...