Déferlantes 2023 : Louis Aliot n'attaquera pas la Région en justice

Le maire de Perpignan avait annoncé cette possibilité à Touche pas à mon poste ! après des rumeurs relayées par la presse. Elles indiquaient une potentielle baisse de subvention de la Région Occitanie si le festival se tenait à Perpignan.

Déferlantes 2023 : Louis Aliot n'attaquera pas la Région en justice
100% RADIO
Déferlantes 2023 : Louis Aliot n'attaquera pas la Région en justice
Pyrénées-Orientales
modifié le 18/01/2023 à 17:43


C'est lors de ses vœux à la presse que Louis Aliot est revenu ce mercredi 19 janvier sur le sujet brûlant des Déferlantes 2023. Le festival incontournable de l'été en pays catalan a fait l'objet d'une vive polémique depuis l'annonce de son déménagement de Céret à Perpignan. Après les menaces d'Indochine et de Louise Attaque de ne pas se produire dans une ville gérée par un maire du Rassemblement National, les organisateurs ont finalement renoncé à Perpignan, au grand dam de l'élu perpignanais qui s'était ensuite indigné de menaces venant de la Région Occitanie.

Un "chantage" qu'il "déplore"

"C’est un énorme gachi pour tout le monde", a d'abord commenté Louis Aliot devant la presse ce mercredi. Il avait été critiqué notamment pour une récupération politique du festival, après s'être félicité de la délocalisation à Perpignan. "On nous demande de venir à Perpignan, on ne vas pas dire non ! On est heureux", a-t-il répondu.

L'équipe des Déferlantes a selon lui été prise par "le chantage de deux groupes". "Puis tout le monde bat en retraite avec l’aimable pression de la Région et du Département pour quitter Perpignan ! Je le déplore."

Pas d'action contre la Région

C'est au lendemain de l'annonce du renoncement du festival à Perpignan que le maire va finalement réagir de vive voix dans la presse nationale, notamment dans l'émission Touche pas à mon poste ! de Cyril Hanouna. Le chroniqueur Gilles Verdez l'a alors interrogé sur les rumeurs relayées par la presse, relatant de possibles baisses de subventions de la Région, si les Déferlantes se tenaient à Perpignan. Louis Aliot avait alors parlé d'une possible "action en justice" contre la présidente de Région Carole Delga "pour discrimination envers une mairie du Rassemblement National". 

Depuis cette annonce, Louis Aliot n'avait pas répondu à nos diverses sollicitations, jusqu'à ses voeux à la presse ce mercredi. Il rétropédale. "En fait, elle n'a rien dit. La vérité, c'est que j'ai étudié la chose. Ce sont des journaux qui ont rapporté que la région "allait". Donc sans élément, je ne vais pas lancer d'action en justice hasardeuse", a-t-il déclaré, sans oublier son petit commentaire sur les élus régionaux socialistes.

"C'est vrai que certains, quand ça leur plait, ils donnent des subventions. Et quand ça ne leur plait pas, ils n'en donnent pas. À ce petit jeu-là, on voit bien qui a une conception particulière de la culture." Lors de ses voeux, Louis Aliot a tout de même dit avoir "besoin" des institutions régionales et départementales dans son action, sauf qu'aujourd'hui, les relations sont loin d'être apaisées. 

 


Voir aussi

Pyrénées-Orientales

26/01/2023 16:18

Créé à partir de 90% de matériaux recyclés, et ouvert depuis...

Pyrénées-Orientales

24/01/2023 16:43

Plus de 40 sapeurs-pompiers font face depuis la mi-journée à des conditions...

Pyrénées-Orientales

24/01/2023 10:36

Les moteurs des tracteurs vrombissent depuis 10 heures ce mardi dans la cité catalane. Les...