Les agents de collecte des déchets de l'agglomération Castres-Mazamet sont en grève depuis le 19 avril.

À quelques pas de la place Pélisson, et malgré le temps maussade, Claire-Lise et Chantal se promènent. Les deux habitantes castraises passent à quelques mètres d’un tas de poubelles. « Je pense que c’est un moyen non-violent pour les agents de s’exprimer, souffle Chantal. C’est sûr, ça prouve à tout le monde la nécessité de prendre en compte l’avis de ces gens. Si ça s’installe, ça va être difficile parce que ça va dégénérer niveau hygiène : les chats, les chiens, les souris, les rats… »

De son côté, Claire-Lise craint pour la suite et l’après-grève : « ça va être la pagaille pour tout résorber », lâche-t-elle derrière son masque sombre.

Quelques rues plus loin, certains habitants sont moins touchés par la mobilisation. « Dans mon quartier, les employés municipaux ramassent quand même », se réjouit une dame aux cheveux blonds, en promenant son chien.

Des bennes pour regrouper les ordures

Face à la situation, la communauté d’agglomération a décidé de mettre à disposition des habitants de plusieurs communes des bennes à ordures. Elles sont disposées dans certains quartiers. Il s’agit de « répondre au respect des règles de salubrité », précise-t-on du côté de l’agglo.

 

 

A Castres, plusieurs conteneurs sont disposés, notamment place Pierre Fabre, stade du Rey ou devant la Mjc de Laméilhé. Depuis mardi, la ville de Mazamet met également à disposition des habitants des bennes. C’est le cas place du Négrin, parking du 8 mai ou dès ce mercredi à Labrespy.

Les agents de collectes eux, sont toujours en grève. Leurs négociations avec l’agglo n’ayant pas abouti, ils restent mobilisés jusqu’à dimanche 2 mai, au moins.

 

Thomas Naudi.