Josette Bourdeu a pris attache dès lundi avec l'agence régionale de santé.

 

L'épidémie de pneumonie virale a atteint un "plateau" en Chine mais le monde reste menacé de pandémie, a averti l'OMS. En France on s'inquiète de la situation chez nos voisins transalpins : l'Italie va organiser mardi une réunion des ministres de la Santé de pays voisins de la péninsule pour déterminer "des lignes d'action communes".

La France a émis une série de recommandations pour les personnes revenant des deux régions italiennes touchées, la Lombardie et la Vénétie, en leur demandant notamment d'éviter "toute sortie non indispensable".

Pour le moment, pas de psychose au coronavirus italien, mais une ville retient particulièrement l'attention en Occitanie : Lourdes. 

 

Lourdes et son million de pèlerins italiens : un cas à part

Estimé à 1,3 million chaque année, le nombre d'Italiens en pèlerinage dans la cité mariale a certes baissé indique la mairie. Mais les catholiques transalpins représentent encore "25% du total de pèlerins dans la cité mariale chaque année" précise la maire Josette Bourdeu. Soit 750 000 nuitées. Il y a donc un risque réel d'apparition du coronavirus à Lourdes ? Les Italiens y arrivant en masse par bus, train ou en avion.

Josette Bourdeu tient d'abord à rappeler "je suis contre la stigmatisation des populations". Pour autant le premier magistrat a rapidement pris en compte la spécificité de sa ville. Elle s'est très vite mise en relation avec l'ARS (agence régionale de santé d'Occitanie) "dès lundi matin". "Si quelqu'un tousse dans un établissement et a de la fièvre, il faut appeler le 15" et "ne surtout pas aller à l'hôpital le plus proche !" prévient l'édile.

 

Lourdes évoqué en haut-lieu

Le cas lourdais inquièterait au ministère de la santé et a aussi été "pris en considération" par l'ARS confie Josette Bourdeu. Lourdes sous très haute surveillance donc ? "Oui" confirme-t-elle en assurant que "des commandes de masques sont en cours. Tout se prépare en cas de pic épidémique et l'ARS travaille directement avec le centre hospitalier de Lourdes".

Un cas révélé et l'Agence régionale de santé, en lien avec son ministère de tutelle, déclencherait la distribution de masques, de tests et prendrait les éventuelles mesures de quarantaine. "Pour l'instant, on n'a pas encore discuté des stratégies de confinement mais si des cas étaient soupçonnés, il faudrait isoler les personnes malades, puis les envoyer au CHU de Toulouse." 

Consciente que la panique peut rapidement contaminer la cité mariale, Josette Bourdeu tient à souligner : "Lourdes est une ville ouverte". Les services municipaux seraient bel et bien "en état de veille", "il faut être prêt à réagir vite et j'ai transmis pour cela les recommandations de l'ARS à tous les services de la mairie." 

 

LIRE AUSSI → CORONAVIRUS : L'Occitanie prépare la riposte

Josette Bourdeu, maire de Lourdes.

Josette Bourdeu, maire de Lourdes.