Le centre de cure médicale pour personnes âgées (CCMPA), autrement appelé "La Miséricorde", a constaté ses premiers cas dans son enceinte réservée aux malades d'Alzheimer. On vous donne les détails.

 

Les EHPAD des Pyrénées-Orientales enregistrent de plus en plus de cas de coronavirus dans les Pyrénées-Orientales. Le taux d'incidence des tests positifs des personnes âgées est d'ailleurs particulièrement élevé dans le département. Et la maison de retraite médicalisée perpignanaise La Miséricorde n'échappe pas à cette nouvelle règle, où un cluster y a été signalé. En tout, 87 cas Covid ont été enregistrés, dont 67 résidents et 20 employés (pour un total de 218 résidents et une centaine d'employés). 

Quelle est l'origine du cluster ?

Il faut remonter au 21 septembre dernier pour voir l'apparition de deux premiers cas au sein du CCMPA (historiquement appelé "La Miséricorde") à Perpignan. Deux membres du personnel ont d'abord été testés positifs, avant de compter une dizaine de cas au sein de l'établissement, puis d'effectuer une première phase de tests. "Le premier dépistage massif a permis de mettre en évidence un nombre de cas un peu plus important sur le secteur où les résidents déambulent le plus", explique le Docteur Chantal Miquel, chef du service d’hygiène de l’hôpital de Perpignan, à la direction du CCMPA.

Le secteur dont parle la médecin regroupe des résidents aux troubles intellectuels importants, de type maladie d'Alzheimer. "On sait que c'est dans ces secteurs-là qu'il est le plus difficile de dissocier les résidents et de les isoler les uns des autres", ajoute Chantal Miquel. Un deuxième dépistage massif a permis de révêlé de nouveaux cas dans d'autres secteurs de l'établissement, portant le total à 60 patients atteints de la Covid.
 

Docteur Chantal Miquel, chef du service d’hygiène de l’hôpital de Perpignan

 

Un décès, mais très peu de cas graves

Dès l'annonce de la nouvelle, l'ARS confirmait que la plupart des cas Covid constatés au CCMPA n'étaient pas "graves". Des propos confirmés par le Docteur Olivia Divol, directrice de la filière gériatrique de l’hôpital. "La grande majorité des résidents sont asymptomatiques ou ont des formes très modérées de Covid". Cependant, quelques patients "nécessitent de l'oxygène", mais peuvent pour l'instant rester dans leur chambre au sein même de la structure.

Le CCMPA déplore également un décès depuis hier. Il s'agit d'une dame de 74 ans atteinte de la maladie d'Alzheimer. "Elle fait partie des résidents touchés relativement tôt par le virus", précise le Dr Olivia Divol. À noter que l'âge moyen au sein de l'établissement est de 85 ans. Pour tout patient présentant des symptômes aggravants, une intervention du service d'infectiologie peut être demandée pour qu’il soit pris en charge à l’hôpital de Perpignan. 

20 membres du personnel en arrêt maladie

Les résidents ne sont évidemment pas les seuls touchés, 20 employés ont également contracté le virus. Tous ont été mis en arrêt maladie et isolés ; certains sont d'ores et déjà revenus travailler. Pour faire face au manque d'effectif, la direction a dû mobilisé des personnels du centre hospitalier, mais a aussi dû recruter. 
 

Docteur Olivia Divol, directrice de la filière gériatrique de l’hôpital de Perpignan


Comment faire face ? 

La direction de l'hôpital en charge du CCMPA assure que de nouveaux dépistages massifs vont être réalisés régulièrement, dont un dès la semaine prochaine. La maison de retraite médicalisée connaît évidemment désormais le renforcement des mesures sanitaires. Elle a été sectorisée; les patients ont de leur côté été isolés, puis les visites sont suspendues tant que la circulation du virus continue d'être active au sein de la structure. 

Mais cela ne suffit pas, la lutte contre une possible perte d'autonomie des résidents fragilisés par l'isolement est une priorité pour les médecins. "Pour essayer d'améliorer le contact avec les familles, il y a un projet de mise à disposition de tablettes informatiques pour pouvoir faire le lien avec ces résidents qui restent isolés dans leur chambre. Et puis, avec les moyens humains que l'on a, on essaie de maintenir quelques éléments d'animations individuelles au seuil de leur chambre", indique le Dr Chantal Miquel. 
 

Docteur Chantal Miquel


La direction a également mis en place un système de visio-conférence avec les familles, pour leur donner toutes les informations dont elles ont besoin. La possibilité d'un soutien psychologique est également envisagée.