La menace planait depuis plusieurs semaines. Elle se précise ... 

Les syndicats enseignants appellent à la grève ce lundi 17 juin, première journée des épreuves du baccalauréat. 

En conflit avec le Ministre de l'Education depuis des mois, ils ont mulitplié les actions cette année pour s'opposer aux suppressions de postes, à la loi Blanquer mais aussi à toute une série de réformes, notamment celle du bac qui vise selon eux "à transformer l'examen national en diplôme local, renforçant les inégalités territoriales", et celle du lycée "qui contraint les élèves à une orientation dès 16 ans et ne leur permet pas de construire le parcours de leur choix"

S'il est difficile de prévoir à l'avance quelle sera l'ampleur de la mobilisation, certains centre d'examens pourrait se retrouver perturbé par manque de surveillants.

Même si de son côté l'Education Nationale se veut rassurante, "l'examen se déroulera de façon normale" a récemment déclaré le ministre Jean Michel Blanquer sur plusieurs médias nationaux, affirmant que "seule une minorité" d'enseignants fera grève. 

"On nous méprise"

Dans les Pyrénées-Orientales le son de cloche n'est pas le même.

En effet ici les syndicats s'attendent à une mobilisation importante et estiment que malgré les nombreuses mobilisations - 7 appels à la grève depuis le début de l'année dans les P-O - le ministre ne les a pas pris au sérieux. "Il est resté sourd à nos revendications qu'il n'a traité qu'avec mépris"

C'est ce qu'explique l'intersyndicale CGT, CNT, SNEP, SNES, SUD, Stylos Rouges dans son communiqué : "Notre ministre de l'Education n'a pas pris la mesure de notre colère et a refusé d'ouvrir d'indispensables négociations  sur l'avenir de notre système éducatif . Jean Michel Blanquer est donc l'unique responsable des perturbations des conditions de passage du bac 2019". 

Un rassemblement est prévu lundi à 10h devant le lycée Arago de Perpignan. "Le but n'est pas de s'en prendre aux élèves, il n'y aura bien évidemment aucun blocage d'établissements" explique le secrétaire du SNES FSU 66 Marc Moliner. "C'est d'ailleurs pour ça qu'on fait ce rassemblement à 10h et pas à 8h". 

 

Et ailleurs en Occitanie ?

 

- Ariège : Compte tenu du petit nombre de lycées (4), appel à rejoindre le rendez-vous de la Haute-Garonne.
- Aveyron : Rassemblement à partir de 7h30 devant la Préfecture de Rodez, habillés en noir, avec les convocations pour les surveillants grévistes, et liste de doléances pour les autres.
- Haute-Garonne : Rassemblement devant le Rectorat à 8h, avec découverte des sujets de Philosophie apportés par les établissements (retraillés par les collègues pour coller à l’actualité du jour) ; AG à 10h30 ; possibilité de manifestation (ajusté sur place) à 14h vers le Monument aux morts.
- Gers : Rassemblement à 10h devant la DSDEN à Auch.
- Lot : AG à Cahors, dans la salle de la Bourse du travail (Place Rousseau) à 14h ; sur place, conférence de presse et débat sur les suites à donner.
- Hautes-Pyrénées : Rassemblement à 8h devant la DSDEN à Tarbes pour une action symbolique
- Tarn : Rassemblement à 8h30 devant la DSDEN à Albi
- Tarn et Garonne : Rassemblement à Montauban à 8h30 devant la DSDEN

Marc Moliner, secrétaire SNES FSU 66
Héléna Molin co-secrétaire Sud éducation 6

L'académie de Montpellier "vigilante" mais se veut rassurante

Suite à cet appel à la mobilisation l'académie de Montpellier réagit et se dit "vigilante" "afin que toutes les épreuves du baccalauréat se déroulent dans les meilleures conditions possibles, et cela sans perturber les lycéens​". 

"Une veille est déjà activée et sera maintenue tout au long des épreuves.​ Tout est mis en œuvre pour que les examens se déroulent normalement et sereinement dans tous les centres.

Les services académiques sont en relation permanente avec l'ensemble des centres d'examen afin d'adapter d'éventuelles mesures à chaque situation.

Le bon déroulement de ces épreuves est une priorité pour les services académiques". 

 


Voir aussi

Pyrénées-Orientales

18/07/2019 18:59

...

Pyrénées-Orientales

18/07/2019 10:07

...