Les associations de la vallée de l'Orbiel appellent au boycott des études lancées par l'Etat sur la pollution à l'arsenic.

Un nouveau bras de fer entre les associations de la Vallée de l'Orbiel et la préfecture de l'Aude: Les services de l'état viennent de lancer une nouvelle étude sociologique. cette étude consiste à soumettre un questionnaire d'un millier de questions aux habitants de la Vallée sur la pollution à l'Arsenic. Mais les associations Terre d'Orbiel, Gratte Papier ou Secours Catholique qualifient cette nouvelle étude de "bidon" et attendent toujours des actes concrets. Les membres reprochent à la préfecture de l'Aude de "faire l'autruche" et de vouloir gagner du temps avec de longues études, au lieu de lancer vraiment les opérations de dépollution du site de l'ancienne mine de Salsigne. 

Les associations expriment donc leur ras-le-bol, et appellent aux habitants à boycotter l'ensemble des études lancées par les services de l'état.

Gilles Marty, de l'association Gratte-Papier

 

De son côté, Sophie Elizéon, la préfète de l'Aude parle d'un appel "irresponsable."

"Il n’est pas acceptable que l’impartialité et la qualité scientifique du travail des nombreux chercheurs et bureaux d’étude qui sont mobilisés pour documenter la situation de la vallée de l’Orbiel soit ainsi remise en cause, sans même le commencement d’une contestation sérieuse et étayée des travaux qu’ils conduisent." a écrit la préfète dans un communiqué.

 

 

Sophie Elizéon, préfète de l'Aude

 

La préfète a réagit aussi aux accusations des associations de "dissimuler des informations".

"S’il en était besoin, la multiplicité des acteurs, organismes et chercheurs qui interviennent sur la vallée de l’Orbiel suffit à elle seule à prouver que l’État ne dissimule rien de la situation de la vallée. Au contraire, les travaux conduits visent à objectiver la réalité des pollutions, de leurs conséquences éventuelles sur la santé des personnes afin de mettre en œuvre les mesures propres à protéger les femmes, les hommes et les enfants qui vivent dans la vallée."