Après les pluies intenses qui se sont abattues sur les Pyrénées-Orientales la semaine dernière, dix communes ont fait une demande à l’Etat, celle du classement de ce phénomène orageux en catastrophe naturelle. Parmi elles, des villages qui constatent encore d'importants dégâts.


Les pluies torrentielles de la nuit de mardi à mercredi dernier ont fortement frappé certaines communes du département. Ainsi ce lundi, Perpignan, Cabestany, Argelès-sur-Mer, le Barcarès, Cerbère, Port-Vendres, Maureillas et Oms ont demandé à la préfecture le classement du phénomène orageux en catastrophe naturelle.

Parmi les plus touchées, Perpignan et Cabestany notamment, où le passage d'une mini-tornade a détruit partiellement des bâtiments. Mais des plus petits villages doivent aussi payer les pots cassés. C'est le cas à Oms dans les Aspres.

Christian Vila en est le maire, il nous explique pourquoi il était important faire cette de demande de classement en catastrophe naturelle.

 

Cristian Vila, maire de Oms


À Oms, des voies ont été inondées, puis le chantier d’un futur multiple rural a lui aussi été sérieusement endommagé. Une semaine après, on est encore à la tâche dans le village.

"On est tous au travail, parce qu'on a toutes les canalisations d'eaux pluviales qui se sont bouchées. Actuellement il y a une entreprise qui est en train d'hydrocurer l'ensemble"


Une autre petite commune du département a souffert dans la nuit de mercredi dernier. Il s'agit de Maureillas Las Illas qui a vu son village être ravagé par des coulées de boue. Des maison ont été inondées, des arbres ont été arrachés et même des voitures ont été emportées. Ici, en attendant une réponse de l’Etat, son maire André Bordaneil pense déjà à la suite, c'est-à-dire éviter que de telles situations se reproduisent.

 

"On peut envisager un bassin de rétention, également un canal particulièrement profond qui détourne les eaux et les boues du village. Mais ce seront des investissements extrêmement lourds"

André Bordaneil, maire de Maureillas - Las Illas