Privé d’activité depuis de longs mois, Jérôme Samazan propose cette solution à tous les restaurateurs perpignanais.


​La crise sanitaire apporte chaque semaine son lot d’initiatives. Aujourd'hui, c’est à Perpignan que le patron du bar à vins le Jet Set a fait part de  sa solution pour garantir le maintien de l’activité des restaurateurs locaux. Installé au marché de Noël de la ville sur les quais Vauban, Jérôme Samazan aimerait pouvoir investir leurs chalets avant qu’ils ne soient démontés, pour y créer "une allée gourmande".  "Pourquoi ne pas les utiliser comme vitrines à emporter, puisqu’on est aujourd’hui dans une situation un petit peu difficile."

Bénéficier d’une rue passante

C’est en effet l’échec du click & collect qui l’a motivé à mûrir cette proposition qui a déjà conquis plusieurs professionnels de la restauration. "Ayant un établissement qui n’est pas dans une rue très passante, c’est vrai que faire de l’emporter c’est un risque. Parce que travailler du frais pour le voir être mis à la poubelle au bout d’un certain moment parce qu’il n’y a pas beaucoup de passages devant mon établissement, ça n’engage pas trop à aller dans cette démarche", explique le patron du Jet Set à Perpignan.

Jérôme Samazan, gérant du bar à vins le Jet Set à Perpignan


Jérôme Samazan a donc déjà contacté la mairie de Perpignan pour faire part de son projet. "Ils sont en attente parce que c’est un projet qui leur plaît. Il reste à voir avec la préfecture en précisant que cela ne restera que de la vente à emporter, et qu’il n’y aura pas de stationnement de personnes sur ces allées-là", précise le restaurateur qui a contacté le syndicat de l’UMIH 66 pour l’accompagner dans son initiative. Il reste évidemment à recenser tous les professionnels qui veulent s’installer dans les chalets du quai Vauban. Pour cela, il suffit de contacter Jérôme Samazan par téléphone ou par mail : au 06 64 62 62 77 ou à jsperpignan@laposte.net.
 

Jérôme Samazan


La possibilité d’une nouvelle polémique ?

On se souvient de la foule générée par les premiers jours du marché de Noël Perpignan. Les images des allées bondées avaient suscité la polémique sur les réseaux sociaux, pointant du doigt le non-respect des gestes barrières. Pour Jérôme Samazan, "ce n’est pas en attendant un plat reconditionné ou préparé dans ces chalets qu’on perturbera la vie perpignanaise. Je pense que les gens ont besoin de vivre. Alors certes, des photos ont été prises où on voit un effet de masse, mais je peux vous dire qu’en étant dans les chalets, les gens gardaient de l’espace entre-eux pour passer leurs commandes."