Le rapport de la Chambre Régionale des Comptes établit la situation financière et comptable de Perpignan entre 2012 et 2018.


Selon le dossier, la situation financière de la ville est en amélioration. Peu nombreuses, certaines anomalies ont tout de même été signalées. Ces dernières n'ont pas manqué d'animer ce début campagne pour les prochaines échéances électorales. Elles n’ont notamment pas échappé à Louis Aliot, candidat d’extrême droite aux élections municipales. Ce lundi, il s’appuyait sur ce rapport pour dénoncer des irrégularités et un manque de transparence dans la gestion de la mairie.

"En termes de maquillage, la Cour relève un certain nombre de données qui ne sont pas précisémment communiquées aux élus d'oppositions.  Et qui permettent de dire attention, les documents budgétaires qu'on nous présente ne sont pas forcément la réalité de la situation de la ville et de la communauté urbaine."

Louis Aliot


Ce mercredi le maire de Perpignan Jean-Marc Pujol s’est présenté devant la presse pour répondre à ces accusations.

"Au contraire de Monsieur Aliot, je n'ai jamais été mis en cause pour des raisons d'emplois fictifs, comme il l'est aujourd'hui dans le cadre de ses fonctions publiques."

Jean-Marc Pujol


Lousi Aliot cible de manière plus précises des recrutements illégaux au niveau du cabinet du maire. Une attaque qui trouve encore une fois réponse selon le maire de la ville.

"Il ne s'agissait pas de personnes qui ont été recrutées. Il s'agissait pour une personne d'un fonctionnaire qui avait démissioné, conformément à la loi. Le deuxième emploi de cabinet transféré dans poste de direction n'était pas un recrutement. C'était aussi une personne de la mairie qui a choisi de ne plus être au cabinet."

Jean-Marc Pujol


Autre point de débat du rapport, la taxe GEMAPI. Celle-ci doit servir à la protection des inondations et des crues. Selon Louis Aliot, elle n’aurait pas été levée à ces fins. Là encore, Jean-Marc Pujol démend. Cette taxe aurait été utilisée par la communauté urbaine et aurait servi à plusieurs communes du département pour protéger les populations de possibles inondations futures. L’anomalie soulevée par le rapport de la Cour des Comptes proviendrait selon le maire du flou qui persiste encore sur le transfert des compétences entre la mairie et la communauté urbaine. 

Si certaines données du rapport de la Chambre Régionale des Comptes restent encore à éclaircir, il n'y a désormais aucun doute sur le lancement de la campagne des prochaines élections à Perpignan.