Ronan Pointeau avait 24 ans, l’attaque a été revendiquée par Daesh.

 

Un militaire originaire de Castres a été tué lors d'une opération samedi matin au Mali, dans la région de Menaka où l'armée malienne a subi une attaque qui a fait 49 morts, ont annoncé les autorités françaises.

 

Une bombe artisanale explose au passage du convoi 

 

L'explosion de l'engin artisanal a tué le soldat tarnais Ronan Pointeau, 24 ans,  à 20 km d'Indelimane pendant une mission de sécurisation prévue de longue date, mais n'a "aucun lien" avec l'attaque de vendredi dans cette localité, a affirmé à l'AFP le porte-parole de l'état-major français, le colonel Frederic Barbry. 

« Le 2 novembre vers 11h, heure de Paris, un véhicule blindé léger de la force Barkhane engagé dans une opération dans le Liptako a été frappé par la déflagration d'un engin explosif. Ce véhicule assurait la protection d'un convoi entre Gao et Menaka. L’explosion a provoqué le retournement du véhicule.

L’équipe médicale présente sur place est aussitôt intervenue pour prendre en charge l'équipage. Le décès du brigadier Ronan Pointeau, du 1er régiment de Spahis, y a été constaté. Les autres passagers du VBL ont été pris en charge. Leur état n’inspire pas inquiétude » précise le ministère des armées. 

 

 

DAESH a revendiqué l'attaque

 

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué "l'attaque à la bombe" ayant tué le militaire français. "Les soldats du califat ont pris pour cible un convoi de véhicules des forces françaises (...) près d'Indelimane, dans la région de Ménaka, en déclenchant un engin explosif", a écrit l'EI dans un communiqué signé Province Afrique de l'Ouest", publié sur ses chaînes Telegram.

 

 

Le soldat venait de rejoindre le Mali cette année

 

Né le 1er octobre 1995 à Castres, le brigadier Ronan Pointeau a accompli toute sa carrière au 1er régiment de spahis à Valence.  Il s’était engagé en 2016 comme  volontaire de l’armée de Terre au 1er régiment de spahis

 

De février à juin 2018, il effectuait une première mission au Tchad au sein de l’opération BARKHANE en tant que tireur de précision. Promu brigadier le 1er janvier 2019, il rejoint le Mali en octobre 2019 pour une nouvelle mission au sein de l’opération BARKHANE.

 

« Titulaire de la médaille de la défense nationale échelon bronze agrafes arme blindée cavalerie et mission opération extérieure, il est également décoré de la médaille outre-mer agrafe Sahel et de la médaille de la protection militaire du territoire agrafe Sentinelle. Agé de 24 ans, le brigadier Ronan Pointeau était célibataire, sans enfants. Il a été tué dans l’accomplissement de sa mission, au service de la France » indique le ministère des armées.