Les 160 EHPAD du département sont très surveillés.

 

Le CHU de Toulouse n'enregistre pas d’explosion du nombre de Covid positifs depuis une semaine, l'établissement qui regroupe Purpan et Rangueil ne traite que les cas graves de l'ex région Midi-Pyrénées et l'Aude.

En revanche, le nombre de patients nécessitant des soins réanimatoires augmente chaque jour. Ce vendredi 183 patients étaient hospitalisés dont 63 en réanimation au CHU et 14 personnes sont sorties de réanimation depuis le début de la crise. "8 décès à ce jour" précise Marc Penaud le directeur général de l'établissement. Mais la question des maisons de retraite inquiète, alors que le nombre de morts et de malades Covid dans ces établissements est passé sous silence.

 

Le CHU ne précise quels établissements sont touchés

Trois maisons de retraite de Haute-Garonne ont déclaré des cas de Coronavirus "mais il n’y a pas d'épidémie dans les établissements de Haute-Garonne" rassure le professeur Vincent Bounes.

La direction du CHU a toutefois refusé de préciser quels établissements étaient concernés. Le directeur du SAMU 31 affirme que "les 160 EHPAD du département sont très surveillés" par ses services ; "au lieu d'hospitaliser tous les patients, on envoie un gériatre pour vérifier s'il n'y a pas un risque de cluster". Vincent Bounes concède "cela implique énormément de mesures de formation pour les EHPAD ayant des Covid possibles."

 

 

L'épidémie a atteint un plateau en Midi-Pyrénées

Le Grand Est et la région parisienne sont en extrême tension - 6 patients en provenance du Grand Est étaient en transfert à bord d’un A330 Phénix ce vendredi - et la question que tout le monde se pose : l’ex-région Midi Pyrénées et l’Aude échappent-ils à la catastrophe ? Les signaux sont "plutôt encourageants" estime la direction du CHU, le DG Marc Penaud reste prudent mais précise "nous avons bénéficié du confinement, alors que la région parisienne et l'Est : non". "On n'est pas sur une courbe exponentielle, il n'y a pas de vague et de submersion" confirme Pierre Delobel, le chef du service des maladies infectieuses au CHU. Mais il tempère "attention que ça ne soit pas un faux plat..."

 

 

Pas de tension sur les médicaments au CHU

Les stocks de médicaments sont sous tension dans les services de réanimation, avec l’afflux des cas graves de Covid 19. L’approvisionnement en anesthésiants fait défaut, notamment le curare, qui permet de pratiquer une intubation. Béatrice Riu se veut rassurante "on a bénéficié de déprogrammation totale en chirurgie mais on reste vigilant en cas de montée en charge". Selon la cheffe du service réanimation du CHU de Toulouse "il n’y a aucune molécule en rupture de stock" dans ses services.

 

Le CHU obligé de commander ses masques

"Nous avons 18 jours de lisibilité sur les stocks de masques" mais s'il fallait illustrer la pénurie de protection en France "cela nécessite des équipes de l'hôpital en permanence à la recherche de masques" explique le DG. Le CHU bénéficie de stocks de l'Etat, des dons et va directement s'approvisionner en Chine "j'ai récemment été amené à procéder à une commande de centaines de milliers de masques" indique Marc Penaud. Un masque chirurgical a une durée de vie de 4 heures. Un masque FFP2 une durée de 8 heures. Le CHU travaille également avec le Fablab d'Airbus pour la confection de masques lavables et jetables.