Nouvelle crainte de la CGT au sujet du train des primeurs à Perpignan. Ses wagons devraient être expédiés sur des voies de garages à Nîmes, et y être stockés à partir de la semaine prochaine.

 

On le rappelle, la ligne de Fret de fruits et légumes jusqu’à Rungis est à l’arrêt depuis mi-juillet. Cependant, un engagement a été pris le 17 juillet dernier lors d'une réunion du comité de pilotage ministériel à la préfecture des Pyrénées-Orientales. Les différents acteurs du dossier avaient alors annoncé une reprise temporaire de la ligne de Fret au 1er novembre prochain, le temps de trouver une solution pérenne.

Or cette semaine, la CGT a pu apprendre que les 75 wagons du train seront expédiés sur des voies de garage à Nîmes. Pour le syndicat, cet acte serait une manière de cacher une disparition d'ores et déjà programmée de la ligne reliant Perpignan à Rungis. Mickaël Moisnier explique, il fait partie de l'union locale Perpignan Sud de la CGT.

"On a fait une consultation avec la direction de Fret SNCF où le directeur a parlé... il a dit clairement qu'il n'y aurait pas de reprise avec ce train au 1er nvembre, comme ce qui avait été acté."

​​

Selon la CGT, les engagements de la direction de FRET SNCF ne seraient donc pas respectés. D’autant plus que lors de la dernière réunion du comité, le représentant de l’Etat aurait exigé un audit de la SNCF sur l’état réel et le coût de réparation des wagons frigorifiques. 
 

"On demande que cet audit soit fait"

 

La SNCF de son côté, ne s’opposerait pas au redémarrage de la ligne convenu au 1er novembre prochain. Le déplacement et l’entrepôt des wagons à Nîmes seraient effectués pour raison de sécurité des voies de garage.


Voir aussi

Pyrénées-Orientales

12/09/2019 18:19

...