16 interpellations.

 

Seize personnes ont été arrêtées cette semaine dans le cadre d'une importante opération de lutte contre le trafic de drogue à Toulouse, avec un impact déjà "considérable" sur ce réseau "résilient", a indiqué vendredi le parquet. "Les interpellations ont eu lieu lundi à Toulouse, mais également dans le Var, où certaines de ces personnes prenaient un repos bien mérité semble-t-il, dans une villa luxueuse", a affirmé à la presse le procureur de la République Dominique Alzéari.

Parmi ces 16 personnes placées en garde à vue, 10 ont déjà été mises en examen, avec une personne sous contrôle judiciaire et sept en détention, a précisé le procureur. Ce coup de filet "fructueux" est le résultat de "plusieurs mois d'enquête" menée par le service de la brigade des stupéfiants de la DDSP et dirigée par le parquet, a poursuivi M. Alzéari.

Elle a permis de mettre la main sur un "réseau structuré de trafic de stupéfiants portant singulièrement sur le quartier des Izards" dans le nord de Toulouse où "des milliers et des milliers d'euros sont générés quotidiennement", a-t-il ajouté. Lors des interpellations, les policiers ont saisi près de 50 kg de résine, quatre kg d'herbe, un kg de cocaïne, plusieurs armes de poing et de gros calibre et plus de 45.000 euros, selon le parquet.

"C'est une très belle affaire", s'est félicité pour sa part Nelson Bouard, directeur départemental de la sécurité publique en Haute-Garonne, soulignant que pendant plus de deux ans, "le trafic (de stupéfiant) dans le quartier des Izard a été résilient, a résisté à d'autres procédures et à bien des actions faites sur la voie publique". "Malgré tous les efforts entrepris, les services ne parvenaient pas à mettre en difficulté majeure ce trafic. C'est aujourd'hui chose faite", a-t-il affirmé.

Pour le procureur, "on ne peut pas admettre que ces quartiers soient gangrénés par ces trafics, de manière aussi publique et reconnue, comme presque une fatalité". Il a indiqué que plus de 50 instructions sur le trafic de stupéfiants étaient en cours. "Et entre le 16 mars et fin mai, 103 personnes ont été condamnées pour des affaires de trafic de stupéfiants devant le tribunal correctionnel", a-t-il précisé.

 

AFP.

Photo Nelson Bouard DDSP31.