330 000€ d’avoirs criminels saisis dans une famille qui vivait du deal.

 

C’est un snack un peu particulier qui vient d’être fermé, démantelé devrait-on dire, quartier Bagatelle, à Toulouse. Les tenanciers y servaient de la drogue et des repas chauds !

Un établissement tenu par une famille très défavorablement connue des policiers toulousains. Dans l’annexe du pavillon familial, on vendait cocaïne et cannabis en très grande quantité.

Une minutieuse enquête de 7 mois à permis aux enquêteurs des « stups » (Unité de lutte contre les stupéfiants et l’économie souterraine de la Sûreté départementale) de mettre hors d’état de nuire cette (pas si) petite entreprise familiale.

 

Plus de 300 000 euros d’avoirs criminels saisis

 

Un vaste coup de filet a été mené mardi dernier - avec l’appui des policiers d’élite du RAID et de la BAC (brigade anti-criminalité). Bilan : 12 interpellations parmi lesquelles 8 individus qui ont été mis en examen vendredi et placés en détention provisoire. Une information judiciaire a été ouverte. Les enquêteurs ont saisi quelques 330 000 euros d’avoirs criminels : argent, maison et voiture acquis grâce à l’argent sale. 

 

Cannabis par go-fast d’Espagne, cocaïne via les Pays-Bas

Si les perquisitions n’ont pas permis de récupérer une énorme quantité de stupéfiants (10 000 euros saisis et du stupéfiant tout de même) les policiers ont pu mettre en évidence que des dizaines de kilos de cannabis étaient rapatriés depuis plusieurs mois, par go-fast et convois organisés via l’Espagne. Idem pour la cocaïne, qui était importée de Hollande grâce à des « mules » guyanaises. Un trafiquant a même été interpellé récemment, à Orly, avec 5 kilos de cocaïne. Un des membres du gang a lui été contrôlé de l’autre côté des Pyrénées dernièrement, avec 35000 euros en liquide. Ces derniers ont-ils fourni des éléments décisifs aux enquêteurs ? Toujours est-il qu’ils sont remontés aux principales têtes de reseau, deux frères âgés de 36 et 31 ans.