La rumeur d'une candidature dissidente à droite enfle en ville.

 

"Méfiez-vous des rumeurs" entend-t-on dans les couloirs du Capitole en forme de mise en garde... Pourtant celle-ci est insistante : Franck Biasotto et la tentation des municipales. Il consulterait tous azimuts depuis quelques semaines. Le Président de Toulouse Métropole Habitat se voit-il calife à la place du calife aux élections de mars prochain ?

 

Un caillou dans la chaussure du maire sortant

Le plus grand mystère entoure cette possible candidature surprise du lieutenant de Jean-Luc Moudenc. Cet adhérent LREM est plutôt en marge qu'En Marche actuellement, il a créé en juin dernier un groupe politique - Alliance Majorité Présidentielle - dans la majorité municipale, avec Élisabeth Toutut-Picard et Sylvie Rouillon-Valdiguié. On sait que Franck Biasotto n'a pas postulé à la commission d'investiture LREM afin d'être intronisé colistier du maire sortant.

Il ne serait plus en odeur de sainteté auprès du patron au Capitole. Et si cette annonce, en forme de coup de force, apparaissait comme son ultime chance de négocier une délégation si JLM était réélu ? Certes tardives, les grandes manoeuvres ont finalement commencé au centre-droit... 

 

Une liste Modem et "dissidents" LREM ?

Franck Biasotto, adjoint au maire chargé du logement, est président de l'office public HLM Toulouse Métropole Habitat. Sa candidature perturberait à coup sûr l'union sacrée autour du maire sortant LR. A ce jour, la droite et le centre toulousains ne font qu'un autour de la candidature Moudenc : LREM, Les Républicains, les radicaux valoisiens ou l'UDI ont clairement affiché leurs soutiens au maire-candidat.

Le Modem, lui, traîne des pieds. "On est un peu oublié dans la liste Moudenc, nous avons pourtant trois membres du Modem au gouvernement. Cette liste dissidente est plutôt une belle idée..." sourit un membre du mouvement présidé par François Bayrou. Le parti centriste pourrait faire cavalier seul aux municipales avec Franck Biasotto pour croiser le fer. Le scénario est crédible, alors que l'appui du Modem permettrait au patron de Toulouse Métropole Habitat de constituer rapidement une liste de 69 noms.

 

L'intéressé ne confirme pas

Dans l'entourage de JLM, on reconnaît une "aigreur" du Président de TMH de ne pas figurer sur la liste de son ancien mentor. Des contacts ont été noués dernièrement, pour tenter de consoler l'adjoint vexé. Dernière passe d'arme : vendredi en conseil municipal, Franck Biasotto a voté contre une délibération proposée par la majorité. Contacté sur son projet (présumé), l'élu En Marche n'a ni confirmé ni infirmé. Tout juste concède-t-il ceci : "on me prête des intentions, je ne manquerai pas de vous le faire savoir si une décision est prise". Alors qu'un membre éminent de l'actuelle majorité nous glisse "ça fait plusieurs fois que j'entends parler de cette possibilité. Et souvent en politique, il n'y a pas de fumée sans feu..."

Alors, coup de pression de banni(s) ou véritable volonté de candidater ? Tout va se décanter dans les prochains jours.