La colère gronde dans le monde de l'ovalie contre les restrictions sanitaires.

 

La Ligue d'Occitanie de rugby met un tampon aux préfectures, alors que les mondes amateur et professionnel sont impactés par les restrictions sanitaires.

Dans un courrier à l’attention des Préfets des départements d’Occitanie, et au nom de l’ensemble des clubs Occitans, le Président de la Ligue Occitanie de Rugby "regrette les mauvaises conditions de pratiques imposées à tous nos licenciés", selon lui "résultat du strict respect des conditions sanitaires exceptionnelles du moment et imposées par les autorités".

"Serons-nous obligés d’arrêter les compétitions" demande Alain Doucet dans sa lettre ouverte à l’attention des 13 préfets des départements composant l’Occitanie. Il se fait porte parole des clubs ajoutant "les conditions d’accès à notre pratique [...] deviennent [...] de plus en plus inquiétantes." Il s'émeut de voir joueurs et joueuses exercer leur sport favori "sans avoir accès aux vestiaires, dans des situations plus inconfortables les unes que les autres, et de moins en moins respectueuses".

Ces derniers n’ont pas d’autres choix rappelle-t-il "que de se changer sur un parking, dans les tribunes, quand il y en a, dans les voitures ou dans le bus lorsque l’autocariste l’autorise..." alors que sur les réseaux sociaux, des photos de rugbymen se changeant dans le plus simple appareil, au bord des stades, font le buzz.

Le Président, s’inquiète "de la poursuite des compétitions" et "demande aux autorités compétentes d’étudier la possibilité d’adapter la pratique du rugby dans des conditions de jeu décentes". Il en va termine-t-il "de la survie des clubs Occitans".