Ils étaient peu nombreux ce mardi à avoir fait le choix de remettre leurs enfants à l'école. À la sortie des classes, le stress est retombé.


Après la pré-rentrée des enseignants hier, certains enfants de maternelle et d'élémentaire faisaient leur rentrée des classes ce matin (environ 20% un enfant sur quatre dans les Pyrénées-Orientales). Préparée depuis plusieurs jours pour assurer la protection des élèves face au Covid-19, elle fut finalement bien appréhendée par les parents. 

C'est une sortie des élèves au compte-goutte auquel on pouvait assister ce mardi à l'école primaire Simon Boussiron à Perpignan. Seuls une quarantaine d'élèves étaient accueillis au sein de l'établissement, en maternelle et en élémentaire. Devant l'école, le masque au visage, c'est d'abord de l'anxiété que l'on ressent du côté des parents qui ont fait le choix de la reprise des cours pour leurs enfants. Puis, la sonnerie retentit, et le sourire des enfants laissent envisager un premier jour de classe réussi.

L'apaisement au vu des conditions sanitaires respectées

"Un peu angoissée ce matin, mais là ça va. Je les ai récupérées toutes contentes, je suis rassurée", nous dit Angélique, mère de deux jumelles en moyenne section. Même ressenti du côté de Laura, maman d'une jeune fille en CP :  "quand j'ai vu les enseignants achalandés avec les visières, j'étais quand même un peu rassurée"

De leurs côtés, les enfants apparaissent heureux pour ce premier jour de classe pour le moins particulier. "On a appris à se laver à main, on a travaillé, on est allé en récré, et on s'est lavé les mains", nous confie la petite Eva, qui semble avoir compris l'importance des gestes barrières. "Et aussi on s'est amusé, parce que ça fait deux mois que j'ai plus vu mes amis, alors j'aime bien" ajoute Lucas, lui aussi en CP. 
 

Parents et enfants à la sortie des classes


​Une reprise essentielle 

Beaucoup de ces parents présents ce mardi devant l'école Simon Boussiron, avait été mis au courant par mail de l'organisation des conditions sanitaires au sein de l'école. Certaines inquiétudes levées, il est important pour Sébastien que la vie reprenne, et notamment celle de son fils. "Certes c'est un peu particulier, mais ils en ont besoin les enfants. Ils ont besoin de reprendre une vie sociale. Puis c'est clair que la maison ce n'est pas un environnement d'école. C'est sûr que c'était assez compliqué pendant ce confinement", explique-t-il.
 

Sébastien, parent d'un jeune garçon en CP


Pour l'heure, peu d'enfants ont retrouvé le chemin des classes (9 000 élèves) et certaines écoles restent encore fermées. Le d​irecteur des services de l'Education nationale des Pyrénées-Orientales a de son côté récemment affirmé que 93% d'entre-elles rouvriront d'ici ce jeudi 14 mai.