"Vieillot" pour certains, un caractère religieux qui "choque" pour d'autres, le nouveau logo de la cité nord-catalane ne fait pas l'unanimité depuis sa présentation. Reportage.


Nouvelle municipalité, nouvelle équipe… et donc maintenant, nouveau logo. La ville de Perpignan a changé d’identité visuelle depuis ce mardi 30 mars. Après "Perpignan, la catalane" et son Castillet, il faudra faire désormais avec "Perpignan, la rayonnante" et sa représentation de Saint Jean Baptiste, dessiné par un artiste local. Mais aujourd’hui, ce changement est loin de faire l’unanimité.

Les Perpignanais très mitigés

La nouvelle équipe de la mairie de Perpignan s’est inspirée du blason historique de la ville. Saint Jean-Baptiste apparait sur un fond sang et or, au contour des couleurs de la France. En bref, une version bien différente de l’ancien blason (illustration ci-dessus).  Les Perpignanais n’y trouvent pas tous leur compte. "Je suis un petit peu choqué par l’emblème religieux, c’est quand même une ville où il y a plusieurs communautés, plusieurs religions qui sont représentées", nous confie l’un d’entre-deux.  "Au-delà du dessin qui n’est pas beau, je pense que ce n’est pas fédérateur. Perpignan la rayonnante, je ne vois pas ce que ça dit de Perpignan", s’interroge une autre habitante.

Un manque de modernité revient également dans certaines critiques depuis hier. Pour certains, c’est justement son rappel historique qui séduit : "je pense qu’il vaut mieux s’intéresser à l’histoire plutôt que la vie actuelle. Ça rappelle beaucoup l’identité même de Perpignan, de la région, des origines". 
 

Plusieurs Perpignanais


Des défaillances "esthétiques, politiques, sociales, et économiques" pour l’ancien maire Jean-Paul Alduy

Inutile de préciser que cette nouvelle identité visuelle a fait grincer des dents l’opposition LR du conseil municipal de Perpignan. Plusieurs membres de l’ancienne équipe de la mairie de la ville s’unissent pour dénoncer "une faute de communication et une incompétence" à travers un communiqué envoyé à la presse ce mardi. Mais pour parler de la création de l’ancien logo de "Perpignan, la catalane", il faut remonter jusqu’à l’ancien maire Jean-Paul Alduy. Il n’a pas manqué de réagir sur son compte Facebook à la présentation de ce nouveau blason. Nous avons pu l’interroger.

"D’abord sur le plan strictement esthétique, je le trouve particulièrement vieillot, ce que les communes faisaient dans les années 80. Ensuite sur le plan politique et social, supprimer le Castillet et le remplacer par un symbole religieux, ce n’est pas anodin dans une société plurielle et laïque. Je suppose que Monsieur Aliot a très bien voulu envoyer des signaux à la droite extrême. Puis sur le plan économique, quand on efface "Perpignan, la catalane", on efface le repérage géographique. Renoncer à valoriser notre situation géopolitique va affaiblir notre attractivité. Finalement pour faire simple, ce logo je le trouve économiquement handicapant."
 

Jean-Paul Alduy, ancien maire de Perpignan


Une "hypocrisie générale" selon Louis Aliot

Le maire de la ville défend aujourd’hui "un blason qui est le symbole de Perpignan depuis 1340." S’il s’y attendait, Louis Aliot ne manque pas de s’indigner face aux différentes attaques de ses opposants. Il a également répondu à notre micro.

"Ce qui est ringard, c’est leur position, et la manière dont ils développent des idées extrémistes. J’ajoute que le côté religieux ne pose de problèmes à personne. Parce que s’il devait poser des problèmes, à ce moment-là il faudrait qu’on s’occupe aussi de la croix du Canigou et de tous nos villages qui portent des noms de saints. Tout cela, c’est de l’hypocrisie générale. Perpignan est bien ancrée dans son identité catalane. Et elle développe aujourd’hui un slogan « la rayonnante », justement pour rayonner, notamment en Méditerranée. Et c’est quand même une autre perspective que celle que Monsieur Alduy et tous ses échecs, a fait connaître à notre ville."

Aujourd’hui, le débat n’est pas prêt de s’arrêter. Une pétition a même été créée sur internet : "Monsieur le Maire Louis Aliot - RN : Rendez-nous Perpignan la Catalane et le Castillet !". "Tous les Perpignanais sont indignés par ces choix malvenus, plus apostoliques qu'historiques et aussi très ringards, qui ramènent dans le passé plus qu'ils ne projettent vers un avenir meilleur", est-il indiqué. La pétition a réuni en un jour près de 300 signatures.
 

Louis Aliot, maire de Perpignan