Jeudi dernier lors de la manifestation contre la réforme des retraites à Perpignan, Alexandre Pignon, secrétaire générale de la CGT FAPT 66 (Fédération des Activités Postales et de Télécommunications) avait été interpellé et placé en garde à vue pour avoir tagué le bâtiment de la Poste Arago. Selon le syndicat, cette arrestation est le fruit d'une décision politique.


Nouvelle mobilisation contre la réforme des retraites à Perpignan ce mardi 10 décembre à 10h30 place Catalogne. Les syndicats appellent à un rassemblement massif. Cheminots, enseignants, policiers et pompiers seront dans la rue... tout comme les postiers qui n’avaient pas pu suivre la mobilisation du 5 décembre dernier, suite à l’arrestation d'Alexandre Pignon.  Plusieurs centaines de personnes s’étaient alors rassemblées devant le commissariat de Perpignan en soutien à leur collègue postier. Ce dernier a été relâché dans l'après-midi mais reste poursuivi pour "dégradation importante de bien public lors d'une manifestation". Il sera convoqué devant le délégué du procureur le 14 mars prochain. Selon le secrétaire général de la CGT FAPT 66, cette arrestation vise à « criminaliser l’action syndicale ». 

 

​"Très vite, on a compris que c'était une décision politique, faire un exemple voire même attiser les colère... C'est criminaliser l'action syndicale et voir peut-être pousser à des débordements."

Alexandre Pignon, secrétaire général de la CGT FAPT 66

​​

Et Alexandre Pignon s'indigne aussi devant la qualification de son acte ("dégradation importante de bien public lors d'une manifestation"). Selon lui, parler du bureau de Poste de Perpignan Arago en tant que bien "public" est une provocation. Il évoque un bâtiment à "l’abandon" et rappelle que La Poste a été privatisée. Cet incident n'a en tout cas pas calmé les ardeurs des postiers, bien au contraire.

"Nos collègues et nos camarades CGT, ça les motive encore plus et ça leur donne une hargne. On sera ultra mobilisé pour notre avenir personnel mais aussi celui des générations à venir"


Du côté du syndicat CGT FAPT 66, est prévu ce mardi un pré-rassemblement au centre courrier de l’avenue de Prades à Perpignan, avant de rejoindre le cortège principal place Catalogne à 10h30.  C'est aussi une grève illimitée qui est annoncée, à moins qu'une réponse claire du gouvernement ne soit apportée.


Voir aussi