On a pu lire ce slogan ce mardi 26 novembre sur les pancartes d’une mobilisation devant les bureaux de l'Agence Régionale de Santé de Perpignan.


Une cinquantaine de familles et  proches de résidents polyhandicapés de la maison d’aide spécialisée (MAS) Fil Harmonie d'Argelès-sur-Mer, ainsi que plusieurs membres d’associations, se sont rassemblés devant le siège de l’Agence Régionale de Santé à Perpignan. Au coeur des revendications, la mauvaise représentation du polyhandicap et le manque de budget attribué à son accompagnement en MAS. 

Pour rappel, il s'agit d'un handicap très lourd qui associe déficience mentale et motrice.

L’Agence Régionale de Santé est pointée du doigt car elle gère l’attribution budgétaire des maisons d’aide spécialisées. Une attribution trop faible selon Francis Roque, porte-parole de cette manifestation et président de l’ADEPO (Association de Défense des Polyhandicapés).

​"Aujourd'hui, nous défendons le polyhandicap pour la bonne raison qu'en faisant reconnaître la nécessité d'attribution budgétaire plus importante, on ferait reconnaître la différence qu'il y a entre les différentes sortes de handicapés et les polyhandicapés."

Francis Roque


Francis Roque ajoute que dans les maisons d’aide spécialisées et notamment celle d'Argelès, on ne peut pas répondre à tous les besoins du polyhandicap en raison de cette sous-dotation.

"À telle enseigne que s'est créée une association de familles et de sympathisants qui a pour objectif de réunir des fonds pour payer des intervenant extérieurs qui viennent à la MAS pour apporter des trucs à nos gosses. Tout ça a coûté 42 000 euros."


La direction de l’Agence Régionale de Santé de Perpignan n’a pas pu recevoir les porte-paroles de cette manifestation ce mardi. L’organisme leur a donné rendez-vous dans une semaine, où le même type de rassemblement pourrait se reproduire.