La direction évoque une nouvelle action d’absentéisme coordonnée.

 

Nouveau jeudi noir à Purpan. Comme la semaine dernière, la quasi-totalité de l’équipe soignante des Urgences est absente pour la journée. Ils se sont massivement mis en arrêt maladie depuis hier soir. "D'autres se sont déclarés grévistes" indique la direction.

Jeudi dernier, les Urgences du plus gros hôpital de la région ont été fermées pendant 36 heures. La direction, l’ARS, la préfecture, le ministère ont été saisis par la CGT qui précise que "le mouvement des personnels et les arrêts maladie ont entrainé la fermeture des urgences de Purpan et de plusieurs services de traumatologie". Le syndicat indique qu'"aucune réponse en terme de moyens supplémentaires en soignants et médecins n’a été accordée par les administrations saisies pour les services en grève du CHU de Toulouse."

 

Le conflit s'enlise entre représentants du personnel et direction de l'hôpital

Le torchon brûle entre la direction du CHU et les représentants du personnel des Urgences en grève. L’hôpital a - selon la CGT - tenté de déloger la nuit dernière les représentants du personnel. Alors qu'ils s'apprêtaient à lancer une procédure de "danger grave et imminent". Vigiles et huissier étaient présents.

La direction de son côté parle d'une "nouvelle action d’absentéisme coordonnée". 

Un rassemblement est programmé ce jour 14 heures au CHU.

Actuellement en Haute-Garonne grèves à Purpan, à la clinique Ambroise Paré, aux Urgences à Saint-Gaudens. Ducuing devrait se mettre en grève lundi.

Une procédure spéciale mis en place

L'établissement a immédiatement lancé "le renforcement du service des urgences de Rangueil. L’ensemble des services spécialisés du CHU a par ailleurs été sollicité pour faciliter l’hospitalisation des patients qui le requièrent, en aval des urgences."

Des mesures ont également été prises au niveau du SAMU 31 (centre 15) pour favoriser la régulation.

 

Pour les blessés ou les malades, que faire ?

Le CHU conseille aux Toulousains de contacter le « 39 66 Allo Docteur » à partir de cet après-midi pour joindre un médecin qui évaluera la situation. Et demande aux patients, dont l’état de santé le permet, de se tourner vers leur médecin traitant ou tout autre structure habilitée à recevoir des urgences.
 
© Photo @cgtchu.toulouse

Marie Moulinier, infirmière au CHU, elle nous raconte la soirée de mardi quand les représentants du personnel ont envoyé une notification de danger grave et imminent.
Anne Ferrer, directrice générale adjoint du CHU.