Un tiers des enfants scolarisés en 6ème et 5ème vont faire leur retour en classe dans les 31 collèges publics du département.

 

Jour de rentrée en classe pour les collégiens de 6ème et 5ème ce lundi. En tout, 3 000 élèves vont retrouver le chemin des classes des 31 collèges publics du département. Cela représente un tiers des adolescents scolarisés. Comme pour les maternelles et élémentaires la semaine dernière, les collégiens vont devoir suivre un protocole stricte mis en place au niveau national, mais avec quelques spécificités dépendant de l'établissement.

La présidente du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales, Hermeline Malherbe, était justement de passage au collège de Thuir en fin de semaine. Elle a pu observer les derniers préparatifs pour la reprise.


Les collèges sont-ils prêts ? 

"Oui et on peut remercierl'ensemble de nos agents du département qui travaillent dans les collèges et l'ensemble de la communauté éducative qui a fait le maximum. Et je pense qu'ils ont travaillé dur, parce qu'effectivement le délai était très court. Moi j'en étais inquiète" répond Hermeline Malherbe. 
 

Hermeline Malherbe, présidente du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales

​​

 

"On a eu heureusement une semaine supplémentaire, qu'on avait demandée auprès de la rectrice il y a quelques temps déjà. Et ça nous a permis d'être prêts, d'avoir du gel hydro-alcoolique dans toutes les classes de tous les collèges qui vont pouvoir accueillir des élèves. Voilà, on n'aurait pas ouvert un collège si on n'avait pas l'ensemble des protocoles respectés", ajoute la président du département des Pyrénées-Orientales. 
 

Gérer la circulation au sein de l'établissement

Lors de la visite de son collège à Thuir, le principal Jean-François Arnaud a pu expliquer brièvement le contenu du protocole sanitaire mis en place au sein de son établissement. Outre les masques obligatoires pour les élèves et professeurs en dehors des classes (et seulement pour les enseignants en classe), la distribution de gels hydro-alcoolique à l'entrée et à la sortie du collège, il y a tout un ensemble de mesures essentielles pour respecter la distanciation sociale. Jean-François Arnaud a misé sur la réorganisation de la circulation au sein même de son collège.

"On a revu toute l'organisation de l'établissement pour que notre mode de déplacement soit subordonné à ces règles de distanciation et aux gestes barrières", confirme le principal du collège de Thuir. 
 

Jean-François Arnaud, principal du collège de Thuir


Et cela passe par toute une série d'installations. "On a refait tous les sens de circulation avec un fléchage au sol, avec des panneaux de signalisations. Il y a des sens uniques au sein de l'établissement. Il y a le fait que nous avons localisé les niveaux d'élèves dans des ailes spécifiques du bâtiment. Et nous avons bien entendu mis en place la consigne la plus stricte en termes de cours. Un groupe d'élèves sera dédié à une salle, donc ce sont les professeurs qui se déplacent et non pas les élèves", explique Jean-François Arnaud. 

Pour ce qui est de la cantine, des dispositions ont également été prises. Avant l'entrée dans le restaurant scolaire, le lavage des mains est systématique, la file d'attente se fait avec marquage au sol et les bornes de comptage ont été supprimées. Au sein de la cantine, chaque élève a une table distante des autres, avec son repas déjà installé. À la sortie, ce sont des agents qui s'occupent de débarasser, puis de désinfecter.
 

Des groupes de paroles pour parler du confinement et de la reprise

Outre l'aspect sanitaire, il était important pour la direction du collège de Thuir d'échanger avec ses élèves, et de connaître leur ressenti après ces deux mois de confinement. Pour cela, Jean-François Arnaud a décidé d’instaurer des groupes de paroles au sein de l'établissement scolaire. "Chez les élèves, il y avait à la fois la période de confinement qui pouvait avoir donné lieu à des situations de mal-être. C'est-à-dire des situations de maltraitance, soit physiques soit psychologiques, mais aussi tout simplement le contexte qui peut être anxyogène. Il nous a semblé qu'il y avait déjà ce premier aspect. Le deuxième aspect, dont on parle peut-être moins, c'est le stress ou la difficulté de réintégrer un cadre scolaire, qui peut être aussi mal vécu."

Tous les jours à la pause déjeuner, les collégiens peuvent donc participer "en toute discrétion" à ce que l'on peut appeler des cellules d'écoute. Elles sont gérées par une psychologue de l’éducation nationale, une assitant sociale, et les infirmières du collège. Les élèves peuvent ensuite être réorientés vers des services adaptés.
 

Jean-François Arnaud, principal du collège de Thuir

Voir aussi