Il n'y aurait pas de victime. Mais de nombreuses évacuations ont été opérées.

 

L’immeuble situé au numéro 4 rue Cujas à Toulouse a vu son toit s’effondrer ce vendredi, aux alentours de 12h30. Les pompiers et la police municipale étaient sur place. Les secouristes ont procédé à des recherches de victimes éventuelles dans les décombres pendant de longues heures. Et devaient également solliciter le recours à une brigade cynophile. Un drone a permis aux secouristes de rapidement comprendre l'ampleur des dégâts.

La cheminée, le toit et un plancher supérieur de ce bâtiment de trois étages sont tombés subitement. Les secours ont dû s'assurer rapidement des conséquences sur les immeubles mitoyens. Ils auraient été fragilisés. Nous avons eu rapidement confirmation que les immeubles numéros 2 et 6 de la rue Cujas allaient être évacués. Le numéro 3, en face, était en passe d'être évacué en milieu d'après-midi. Selon nos informations, il n’y avait pas au moment de l'effondrement d’arrêté municipal (péril ou péril imminent) pour cet immeuble puisqu’il était inhabité.

 

La crainte de l'effondrement total

Romuald Pagnucco, conseiller municipal de Toulouse en charge des immeubles menaçant ruine expliquait vers 15h30 : « on travaille sur une expertise pour signer un péril imminent (...) on sait que le toit et le plancher supérieur se sont effondrés, l’effondrement total de l’immeuble n’est pas exclu. Un effondrement vertical ou vers l’avant (vers la rue) ! » Une entreprise spécialisée va être contactée pour aller ramasser des gravats "par dessus le toit", et "ainsi soulager le plancher" a indiqué l'élu toulousain. Un arrêté de péril imminent devrait être signé prochainement, alors que la municipalité a saisi le tribunal administratif qui va nommer un expert. Les habitants auront "interdiction de revenir chez eux" affirme Romuald Pagnucco.

 

Une vingtaine de relogements dès ce soir

Au moins 16 logements vont être évacués de quatre immeubles aux alentours (les n° 6 et 2, mitoyens de l’immeuble sinistré. Ainsi que les immeubles n° 5 et 3 en face) « On a déjà trouvé des solutions de logement » rassure l’élu. Des appart'hotels selon nos informations. L’immeuble était inoccupé et à priori non squatté. Selon le propriétaire de l’immeuble, des travaux devaient commencer incessamment sous peu. Les rénovations n’avaient donc pas démarré.

 

Les réactions

Enzo habite un immeuble à proximité. On l'a rencontré juste après les faits.

 

 

A l’origine, les pompiers pensaient avoir affaire à une explosion. Les secouristes ont rapidement compris qu'il s'agissait de tout autre chose ; "nous menons des reconnaissances et allons engager une équipe cynophile" expliquait vers 14h le colonel Christophe Chiche qui commande le centre de secours de Toulouse-Lounion.
 

​​​

Stéphane, gérant du bar « Tôt ou tarte » a été témoin de l’effondrement : "c'a fait un gros boum, des tuiles sont même tombées sur des personnes dans la rue".  

 

Romuald Pagnucco, conseiller municipal de Toulouse en charge des immeubles menaçant ruine.