La préfecture resserre la vis pour freiner la propagation du virus.

 

L’Occitanie est une des régions les plus touchées d’Europe selon la préfecture. Après l’annonce du couvre-feu à Toulouse mercredi dernier, le Tarn pourrait bien connaître des mesures similaires. La préfète Catherine Ferrier a annoncé ce vendredi à la mi-journée qu’elle prendrait des mesures complémentaires aux annonces du gouvernement dès lundi. « Il faut se préparer à ce que les mesures se durcissent » prévient-elle. Le couvre-feu en particulier est un dispositif sérieusement envisagé, en fonction des chiffres de la semaine prochaine.

 

 

La faute aux « moments de convivialité »

Pour la préfecture, les rassemblements dans la sphère privée constituent la première cause de l’accélération de l’épidémie dans le Tarn. Les cas transmis dans la famille ou les amis ont largement augmenté, notamment en zones rurales. C’est ce qui fait la spécificité du Tarn. Les clusters en entreprise ou dans le milieu sportif ont baissé de manière significative. Les vestiaires de sport vont d’ailleurs pouvoir réouvrir, avec un maximum de 4 personnes. Les douches restent interdites.

 

Des chiffres inquiétants

Le taux d’incidence du virus devient préoccupant quand 200 habitants pour 100 000 sont positifs au coronavirus. Ce taux atteint 390, soit presque le double, dans certaines zones tarnaises selon l’Agence Régionale de Santé. Une personne sur cinq testée affiche un résultat positif dans le département. Enfin, environ 200 cas positifs sont identifiés tous les jours, soit 600 cas contacts.