Donnée vainqueure par trois sondages consécutifs, comment la liste citoyenne EELV et Insoumis soutenue par l'ensemble de la gauche a pu perdre dans la course au Capitole ? Analyse.

 

La liste Archipel Citoyen d’Antoine Maurice (soutenue  par EELV, Insoumis, PS, PC, PRG) était donnée gagnante par trois sondages successifs dans les dernières semaines de la campagne municipale ; pourtant c’est bien la liste Aimer Toulouse (52%), conduite par le maire sortant Jean-Luc Moudenc, qui est sortie vainqueur ce dimanche dans la Ville rose.

 

Une campagne « à l’ancienne »

Mais d’où sont sorties les 4000 voix d’avance de l’équipe du maire sortant, alors même qu’on pensait Archipel capable de mobiliser des publics peu enclins à aller voter ? « On a été porté par un truc, on a suscité beaucoup d’espoir » reconnaissait en creux un historique du collectif AC ce lundi.

Premier constat, les réseaux centriste et Républicain et « la force militante » héritée de l’époque Baudis ont fait pencher la balance en faveur de JLM. Alors qu’Archipel communiquait beaucoup sur les réseaux sociaux, un cadre de la liste Aimer Toulouse affirme « on a fait la différence sur le quadrillage de la ville, on était sur tous les tableaux y compris le porte-à-porte et les réunions chez l’habitant ». Un proche d’Archipel Citoyen - non sans rancœur envers Nadia Pellefigue - concède « dommage que l’union ne se soit pas faite dès le premier tour, les réseaux du parti socialiste sont arrivés, mais trop tard ». Les colistiers d’Antoine Maurice ont compris dès l’après-midi dimanche que les carottes étaient cuites.

 

Le chiffon rouge

Jean-Luc Moudenc et son staff ont également su jouer dès le début de la campagne sur la peur des extrêmes, en qualifiant Archipel Citoyen de « pastèques : vert à l’extérieur et rouge à l’intérieur » mais aussi de « liste d’extrême gauche ». Un proche du maire sortant tempère « c’était une stratégie sincère et pas une caricature, et ç’a eu un effet mobilisateur sur les électeurs de gauche modérée, des témoignages nous remontent : des personnes ayant voté Pellefigue mais qui n’adhéraient pas à une liste proche de LFI. »

 

Archipel Citoyen s’est-il cru élu à Toulouse ?

Antoine Maurice a-t-il péché par orgueil ? Groggy de la défaite, un proche d’Archipel Citoyen estimait ce lundi que « la campagne de caniveau » et « les attaques personnelles » avaient porté dans l’électorat. « Les Toulousains n’ont pas souhaité le changement et on le respecte » lâchait-il amer. L’entourage de Jean-Luc Moudenc a une toute autre lecture « le problème c’est leur arrogance. Antoine Maurice a pris le melon après le premier tour. Il se comportait comme le maire de Toulouse, agaçant même des présidents de groupe y compris de gauche » affirme, catégorique, un proche du maire. Selon nos informations : la liste conduite par Antoine Maurice avait demandé l’installation d’une plateforme de 5 mètres sur 5 au milieu de la place du Capitole… L’objectif : faire un grand discours écologique au soir du second tour : « les mecs se croyaient aux manettes » analyse-t-on à la mairie.

Par ailleurs, le passage mardi dernier des figures ou chefs de la gauche (N. Mamère, B. Hamon, C. Autain…) a-t-il été une erreur stratégique de la part d’Archipel ? Nul ne sait. Mais Sacha Briand adjoint de JLM aura cette formule dimanche soir « ils voulaient faire gagner la gauche et on voulait faire gagner Toulouse ». L'élection du maire et de ses adjoints se déroulera vendredi 3 juillet à 9h30, salle des Illustres au Capitole lors du Conseil municipal.