Il s’exprime pour la première fois depuis le début du mouvement de grève aux urgences de l’hôpital de Castres.

Le directeur du CHIC du Pays d’Autan, Philippe Péridont, revient sur ce mouvement qui a débuté au cœur de l’été, avec des personnels soignants qui ont dénoncé le manque de moyens aux urgences. Rappelant notamment qu’en quelques années, elles reçoivent 8000 passages supplémentaires par an.

Surmenage et difficultés face à des publics parfois violents, ce sont les symptômes des urgences décrits par les grévistes.
Philippe Péridont explique qu’une attention particulière est portée à ce service depuis son arrivée il y a un an, avec la création de deux postes : "cela représente 200 000 euros annuels pour l'établissement", assure le directeur.

Retrouvez l'entretien ici :

 

"Le dialogue existe, et il se poursuivra", assure le directeur. De leur côté, les personnels mobilisés restent vent debout. Ils s’estiment ignorés, et jugent qu’aucune proposition concrète n'existe à l'heure actuelle.