Des propos tenus 4 jours après l'assassinat de Samuel Paty par un terroriste.

 

Il était jugé en comparution immédiate au tribunal judiciaire de Perpignan ce lundi après-midi : le détenu qui avait menacé, mardi 20 octobre, de décapitation deux surveillants du quartier disciplinaire du centre pénitentiaire de Perpignan a été lourdement condamné. Des propos tenus quatre jours après l’assassinat Samuel Paty.

Le procureur de la République a requis 10 mois de prison. Le détenu, 13 condamnations à son casier judiciaire, a finalement été condamné pour menace de mort à 8 mois de prison, avec maintien en détention et à 1000 euros de dommages et intérêts à verser aux parties civiles.

 

L’UFAP UNSA Justice se dit "satisfaite de la rapidité de la comparution" et "de la sanction pénale infligée". Elle qualifie cette condamnation de "signal fort envoyé à la population pénale", "les menaces de morts, notamment en lien avec le terrorisme seront sévèrement sanctionnées". " Les surveillants pénitentiaires sont les seules forces de sécurité à côtoyer tous les jours les personnes les ayant insultés et menacés voir agressés, dans l’attente de leur transfert par leur administration." avait souligné Maître Castello dans sa plaidoirie pour les parties civiles.

L’UFAP UNSA Justice demande, à la direction de l’établissement, "le transfert rapide de ce détenu après avoir purgé sa sanction disciplinaire".