C'est officiel depuis samedi : les habitants des départements de l'Ariège et des Pyrénées-Orientales ont l'autorisation d'aller faire leurs courses en Andorre. Un geste du gouvernement français vers la Principauté, les Andorrans ayant accepté de fermer les stations de ski à Noël, en solidarité avec Espagnols et Français.

Une décision qui ne réjouie pas du tous les commerces côté français, en Ariège et dans les Pyrénées-Orientales. En particulier, les commerces dits "non-essentiels". Ils sont impactés par plusieurs semaines de fermeture à cause du confinement. Cette autorisation va leur apporter une forte concurrence.

Les buralistes sont les premiers à subir la situation, mais eux ont pu rester ouverts malgré le deuxième confinement. 

Gérard Maury, président des buralistes de l'Ariège, est très remonté contre la décision du gouvernement. Il craint pour son activité mais pense aussi à tous ceux qui étaient fermés pendant le confinement. Parfumeries, multimédia, ou magasins de vêtements.

Il reproche à Emmanuel Macron, qui est aussi co-prince de la Principauté, d'avoir "fait pencher la balance du côté de l'Andorre."

 

 

Gérard Maury, président des buralistes de l'Ariège

 

Reportage de Jacques Déjean