L'inquiétude autour du vaccin est-elle légitime ?

 

De nombreuses questions encore autour du vaccin. On apprenait ce lundi que cinq personnes âgées sont mortes après avoir reçu une injection du vaccin Pfizer en France. L’une des victimes est une résidente d’un Ehpad de Perpignan, elle était âgée de 96 ans. Une polémique a vite éclaté : la nonagénaire a-t-elle fait un choc allergique au remède ? Ou le décès est-il simplement intervenu de manière "naturelle" vu son âge avancé. 

Les autorités sanitaires tout comme le ministre de la santé Olivier Véran ont répondu : les victimes étaient "atteintes de comorbidités" et "aucun lien n’est établi à ce stade entre leur décès et une réaction au vaccin". Pour autant, certaines familles de résidents d'Ehpad doivent-elles craindre la vaccination de leurs anciens fragiles ? Non pour Martine Pouzin, même si la directrice de l’EHPAD Les Tuiles Vertes à Perpignan modère "on est tous inquiets, pour autant j'ai foi en ce vaccin, le gouvernement ne triche pas quand il explique qu'il n'y a pas de corrélation". L’Ehpad des Tuiles Vertes commence sa campagne de vaccination demain à Perpignan. L’objectif de cette directrice d’établissement : rassurer en priorité les familles.

 

 

Selon un communiqué de l'ANSM "Un dispositif de surveillance renforcée et en temps réel a été mis en place en France par l'ANSM et le réseau des 31 Centres Régionaux de Pharmacovigilance (CRPV) pour identifier les effets indésirables qui pourraient survenir après la vaccination à partir des déclarations réalisées par les professionnels de santé ou par les personnes vaccinées."

Depuis le début de la vaccination, "139 cas d’effets indésirables ont été déclarés avec le vaccin Comirnaty de Pfizer/BioNTech", dont une vingtaine d’effets indésirables graves "qui seront discutés dans le cadre du comité de suivi du 21 janvier". Parmi ces déclarations, "5 cas de décès ont été rapportés". Il s’agissait de personnes âgées "résidant en EHPAD ou en résidence vieillesse qui présentaient toutes des maladies chroniques et des traitements lourds".