Un bébé né dans l'intimité et dans une ambiance de confiance.

​​

 

​​

Laura et Pierre ont accueilli leur petite Iris le 2 janvier, faisant de leur bébé un des premiers nés à Castres en 2021. Elle a vu le jour à la maison de naissance Doumaïa à côté de l'hôpital de Castres. Sa maman, Laura, a opté pour un accouchement dit "naturel", sans péridurale et comme seule équipement médical, une sage femme. La méthode se base sur la suppression de tous les éléments de stress pour privilégier une lumière tamisée, une ambiance intime pour sécréter des hormones qui aident l'accouchement.

 

La maison de naissance, une option rare

Doumaïa est une des six maisons de naissance en France métropolitaine. Dans ces établissements, les chambres entretiennent une ambiance intime et "comme à la maison" pour la jeune maman. "Je pouvais mettre la température que je voulais. On peut mettre sa propre musique, il y a une petite cuisine" ajoute-t-elle. Une expérience incomparable avec une maternité pour elle et le papa Pierre, puisque c'est leur premier bébé. "Les sages-femmes nous ont expliqué que des gens viennent de loin pour y accoucher. On en connait qui ont loué près de Castres pour le dernier mois de grossesse" explique Pierre. 

Laura, la maman
Pierre, le papa

 

Le combat "1 sage-femme pour 1 femme"

Même si les parents ne connaissent pas l'accouchement médicalisé, d'après les échos de proches, un élément ressort : la présence de la sage-femme au côté de Laura tout le long de l'accouchement. "Elle m'encourageait à chaque contraction en me disant que je faisais du bon travail. Elle m'a aidé à gravir la montagne qu'est l'accouchement" explique Laura, très reconnaissante envers les équipes de Doumaïa. Ainsi, en maison de naissance, les femmes qui accouchent sont suivies par la même sage-femme tout au long du processus. "Ce n'est pas le cas à l'hôpital mais à Doumaïa, nous avons la chance d'avoir une sage-femme en permanence avec nous" souligne Laura. Le couple a eu écho d'accouchements où les sages-femmes ne restent pas tout le long avec la femme, même si elles passent plusieurs fois dans la chambre avant l'accouchement. Le système "1 sage-femme pour 1 femme" permet de créer une relation de confiance, ce qui renvoie au fondement de l'accouchement naturel. Anna Roy, sage-femme de l'émission Les Maternelles, a lancé une pétition il y a quelques semaines pour défendre cette cause. 

 

Eva Sannino