Les premières constatations laissent penser à un accident.

 

Le coiffeur blessé par balle mercredi dernier à Toulouse aurait pu être victime d’un tir accidentel. Nous sommes en mesure de vous le révéler, après les investigations menées en marge de cette fusillade.

Les faits se sont produits vers 10h30 mercredi dernier quartier Patte d’Oie : l’homme de 35 ans a été agressé a priori par trois individus cagoulés (peut être quatre). Ils lui ont asséné un violent coup de crosse au visage et un des agresseurs, armé, lui a tiré dans le bras. Un fait divers qui a bouleversé le proche voisinage de ce commerçant apparemment sans histoire.

 

L'agresseur aurait tiré par accident 

Choqué, le visage et le bras ensanglantés, il s'est réfugié chez un buraliste de l'avenue de Grande-Bretagne. Lequel a contacté les secours. Puis, devant des témoins médusés, le coiffeur-barbier de l’avenue Jean Brunhes s’est effondré sur le carrefour tout proche, avant d’être pris en charge par les pompiers et le Samu. Ses jours ne sont pas en danger.

Alors que Toulouse connaît depuis cet été une recrudescence de règlements de comptes sur fond de stupéfiants : nombreux étaient ceux, qui, après cette fusillade en plein jour voyaient un nouveau pallier franchi par les gangs de la Ville rose (ou d'ailleurs). Sans minorer cette agression extrêmement grave, tout laisse à penser à ce stade que le tir de l'assaillant est un accident. L'auteur, dans le chaos de l'agression, a probablement pressé la détente sans le vouloir…

 

Une tentative de kidnapping ratée ?

Une chose est sûre : le guet-apens était prémédité et la victime n’avait que très peu d’argent liquide, ce qui tendrait à exclure le simple motif du braquage. Alors, pourquoi cette attaque méthodiquement préparée sur ce commerçant "poli et sans problème" à en croire le voisinage ? Si les malfaiteurs n’avaient pas l’intention d’abattre leur cible, avait-elle en sa possession des informations que le commando voulait exploiter ? S’agit-il d’une tentative de kidnapping ratée, en lien avec une affaire de stupéfiants ? C’est ce que tentent de déterminer les enquêteurs de la police judiciaire (SRPJ de Toulouse).

Si la thèse se confirmait, l'enquête ouverte pourrait voir ces faits criminels requalifiés en incluant la tentative d'enlèvement.

 

LIRE AUSSI → Toulouse : Un coiffeur touché par balle en pleine matinée quartier Patte d'Oie