Le tribunal d’instance de Castres jugeait ce vendredi matin le conflit entre un couple, installé dans le hameau du Margnès, dans le Lacaunais, sur la commune de Fontrieu, et une société exploitante d’éoliennes, 3D Energies.

Le couple voudrait que soit reconnu un « trouble anormal de voisinage » créé par les éoliennes installées près de leur maison. Ils invoquent notamment un  préjudice sonore, visuel et moral.

 

Le bruit et surtout les infra-sons, seraient la cause principales de leurs tourments. Depuis plusieurs années, ils ont dû déménager.

 

L’avocate des plaignants, maitre Alice Terrasse, a développé son argumentation devant le tribunal ce matin : pour elle, aucun doute sur le lien entre les troubles ressentis par ses clients et la présence des éoliennes. La plus proche est à 700 mètres de leur habitation. « Ils ont tout perdu », explique maître Terrasse :

Pour l’avocat de 3D Energie, le lien entre les troubles ressentis par les plaignants et la présence du parc éolien (deux parcs en réalité, un de cinq éolienne et un second d’une seule) n’est pas démontré.

Il s’appuie notamment sur un rapport de l’académie de médecine, qui indique que le lien n’est pas démontré entre les infra-sons et les troubles ressentis par le couple plaignant. Il rappelle aussi que l’expertise a constaté la présence d’infra-sons sur les lieux même lorsque le parc était à l’arrêt. Maître Alexandre Brugière :

« Aujourd’hui, la DREAL, qui inspecte et contrôle les parcs éoliens, n’a rien à redire sur le fonctionnement du parc » conclut l’avocat.


Le jugement a été mis en délibéré. Il sera rendu le 16 janvier.

Le collectif TNE, pour Toutes Nos Energies, était venu soutenir le couple.

Le collectif TNE, pour Toutes Nos Energies, était venu soutenir le couple.